vendredi, avril 06, 2012

Nicolas Sarkozy et le 22 avril 2012

Nicolas Sarkozy le 28 janvier 1955 à 22h00 Paris.

Neptune
Le problème majeur à régler pour le président sortant, qui concerne autant le 22 avril que le 6 mai est neptunien, c'est-à-dire en relation avec l'empathie, l'identification et l'image qu'il désire imposer : gagne les élections celui semble incarner au mieux les désirs profonds des Français et auquel ceux-ci peuvent s'identifier. Nicolas Sarkozy est sans doute (comme de nombreux gagnants de la politique) très rompu à ces jeux car il bénéficie d'un excellent trigone natal de Mercure (la parole, la ruse) à Neptune (l'illusion, la manipulation). Cette tendance est renforcée par le Neptune céleste à 2°39 des Poissons, toujours conjoint à son Mercure de naissance (comme il l'était en 2007) et comme l'était à cette époque la Lune progressée!
Cependant, si le 22 avril le Soleil s'oppose à son Neptune natal, un aspect fondateur d'empathie, Saturne qui transite sur ce Neptune joue un rôle inverse,  l'électorat s'identifie difficilement au président sortant. L'illusion neptunienne a bien plus de mal à prendre. Ce phénomène explique que le second tour risque de se jouer sur l'anti-sarkozysme plutôt que sur la valeur de son adversaire ou le contenu de son programme.

Plusieurs candidats sont de la même génération. Les Neptune de François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon sont à 17° de la Balance. Saturne à 8° d'orbe ne les trouble plus pendant les élections. Celui de François Hollande est à  23°, marqué par le transit saturnien. Il a cependant l'avantage de ne pas être le président sortant, de ne pas avoir un bilan à défendre.   

Le 22 avril 2012 à 20h00 Paris
 
Mars et Neptune : les deux astres sont en opposition depuis le 15 mars environ date qui correspond aux actes barbares de Mohammed Merah. Cet aspect qui gagne en puissance concerne les deux tours des élections. Neptune représente l’atmosphère choquée, envahie par la violence de Mars. Assombri, singulièrement menaçant, l'environnement se charge de paranoïas qui nourrissent les orientations sécuritaires. On comprend que Nicolas Sarkozy cherche à surfer sur cette vague neptunienne, d'autant que c'est un de ses chevaux de bataille favoris. Mars incarne la violence terroriste mais aussi le bras armé du gouvernement. Il est une arme à double tranchant pour le candidat président :
- Reparti de l'avant après sa longue rétrogradation il est situé à 4°07 de la Vierge. Son long transit dans sa maison XII, les épreuves, les ennemis secrets et le mal que l'on se fait à soi-même pointe vers de multiples directions:
- Psychologiquement la colère et l'impulsivité sont toujours son ennemie, son image publique dont nous parlions avec Neptune est à la fois nerveuse et agressive et jusqu'au bout un risque de dérapage n'est pas à exclure.
- Mars gouvernant l'essentiel de sa maison VII (associé, conjoint et ennemi connu) on ne peut écarter les possibilités d'un collaborateur (VII) qui soit un ennemi secret (XII), ni des problèmes de couple malgré l'entente affichée dans les médias.
- Plus spécifique peut-être, Mars gouvernant sa maison II (l'argent), les révélations sur un financement occulte (maison XII) de la précédente campagne par Mouammar Kadhafi  ou Lilianne Bettencourt ont sans doute un impact négatif sur sa crédibilité.

Mars et Saturne: sans doute faut-il coupler ce Mars difficile avec le Mars progressé à 19°43 du Taureau opposé au Saturne natal, un aspect qui durcit à la fois le mental et la situation dans les zones concernées, les associations et l'argent, et qui s'associe aux épreuves, à la capacité d'action bloquée et aux frustrations.
De plus, ce 22 avril, la Lune sera à 18° du Taureau, sur ce Mars progressé et donc opposée au Saturne natal, ce qui est une symbolique d’anxiété, d'isolement et de déception.
Sa conjonction à Jupiter céleste peut ici symboliser des rêves brisés: on sait que Saturne (l'obstacle) coupe fréquemment l'herbe sous les pieds de Jupiter (qui normalement favorise).
Malgré tout la conjonction Lune/Jupiter, quoique opposée au Saturne natal est au sextile du Jupiter natal, ce qui devrait aider à passer le premier tour.

Mercure dont on a parlé avec Neptune, maître de l'AS (le moi) et du MC (la carrière, la réussite), l'ambitieux, le rusé, l'astucieux, le cynique et le méchant parce qu'au carré de Saturne et opposé à Pluton au natal, est à scruter particulièrement. Nicolas Sarkozy lui doit autant ses victoires que ses erreurs. 
- Il est exactement conjoint à Uranus le maître du signe solaire, astre des changements et des bouleversements. Responsable de ses violents soubresauts politiques, puisque ce pays tient autant du Verseau que du Lion et donc d'Uranus et du Soleil, cet astre est particulièrement important pour la France (lire Identité nationale et identité astrale).
- Cette rencontre à lieu sur sa conjonction Mars/Lune et au sextile de son Soleil: c'est bien sûr positif, associé non seulement à la verve, à la combativité (parfois extrême) mais aussi à la chance. Le premier tour devrait être passé.
- Comme il s'agit de la maison VII, cela se passe chez l'ennemi: symboliquement Nicolas Sarkozy est représenté par le Soleil opposé à Saturne (le pouvoir en place, la sécurité) et les prétendants le sont par Uranus conjoint à Mercure, le changement.
- Le demi-carré de la conjonction Lune/Jupiter en Taureau citée précédemment à Mercure/Uranus, démontre que les préoccupations matérielles des Français priment sur le reste, et sans doute sur la sécurité. Plus que jamais les gens voteront pour leurs portefeuilles.
- le Soleil progressé (à 5°25 du Bélier) participe également à cette importante conjonction (Mercure/Uranus en transit et Soleil progressé sur Mars/Lune/DS au natal!) ce qui renforce les chances de passer le premier tour, même si ce Soleil n'est pas entièrement favorable à cause de sa proximité à Mars.
- Quoiqu'il en soit Uranus s'associe aux bouleversements et posé sur Mars lors des deux tours, il y a de belles possibilités de déflagration.
- Ajoutons que Pluton céleste en Capricorne est au carré de cette conjonction Mercure/Uranus et que Mars lui adresse au quinconce à partir de la XII : les analogies relatives au pouvoir et aux finances sont nombreuses, avec brutalité des combats de l'ombre, alliances obscures et coups tordus. Alors que Neptune allié à Mercure parle, caresse et séduit, Pluton et Mars agissent en sous main et la fin justifie les moyens.

Vénus est à 15° des Gémeaux peut-être un atout dans la manche de Nicolas Sarkozy et le seul utilisable lors des deux tours. Plutôt isolé le 22 avril il s’approche à 10° d’orbe du Milieu du Ciel qu'il rejoint presque le 6 mai.
On s’attend ainsi dans les jours précédents cette élection à une grande offensive de charme, sans doute appuyée par Carla Bruni et possiblement Angela Merkel car Vénus est en maison IX, la maison de l'étranger et personnalise plus facilement les femmes.

Les progressions secondaires sont dans l'ensemble tendues et défavorables.
- L'AS progressé au carré du Soleil et au quinconce de la Lune, indique un comportement régalien et une difficulté à comprendre les besoins fondamentaux de la population (la Lune) ce qui lui aliène l'électorat.
- Le Milieu du Ciel progresse au carré de Saturne, symbolique de chute.
- Le Soleil sur la Lune natale n'est pas vraiment positif (toujours ce manque de compréhension des besoins fondamentaux) d'autant que Mars est à proximité. Le désir exacerbé fait craindre impulsivité et colère.
- La Lune toujours importante en ce qui concerne la popularité, progresse également en opposition à Saturne, signe de défaveur. 
Ainsi, les trois piliers du thème (le Soleil, la Lune et l'AS) sont négatifs dans leurs progressions
- Mercure progressé à plus de 12° des Poissons ne fait pas d'aspects notoires. 
- La progression de Vénus sur le Mercure natal est normalement un bel aspect s'il n'y avait le carré au Saturne natal (refroidissement du cœur, nécessité de solitude et frustrations sentimentales dans le cadre de l'opposition à Pluton (obscurités, manipulations et tourments).
- On a parlé de Mars progressé, à près de 20° du Taureau exactement opposé au Saturne natal (ainsi qu'au Saturne progressé) évoquant des circonstances adverses, des combats pénibles, des obstacles et d'éventuelles frustrations. Ce simple aspect aurait pu (avec un peu de sagesse et moins d'ambition) pousser le candidat président à la renonciation, ce qui eut été le meilleur moyen d'éviter nombre de déboires, quels que soient les résultats des élections.
En 2007 Mars se préparait à cette opposition qui s'est cristallisée lors du quinquennat, représentant les obstacles rencontrés, comme la crise, mais aussi ceux qu'il se mit lui-même sur son chemin, à cause des mauvais choix Saturne/Mercure).

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.