mardi, janvier 27, 2009

Le parallèle de déclinaison

En réponse à une requête (et une recherche sur le Net persuade de sa nécessité), voici une explication du parallèle de déclinaison et de son importance dans la technique astrologique.

Le parallèle de déclinaison est semblable à la conjonction dans ses effets et c’est ainsi qu’il doit être jugé. L’omettre dans les calculs et l’interprétation est un grave oubli. Avant de vous persuader que vous ne trouvez pas la clef d’un thème, assurez-vous que vous avez soigneusement étudié les parallèles de déclinaison.

Centiloque N°38


Définition :

La déclinaison d'un astre est sa distance au-dessus ou au dessous (Nord ou Sud) de l'équateur céleste. L’équateur céleste est la projection de l'équateur terrestre, à ne pas confondre avec l’écliptique, qui est le sentier apparent du Soleil.
Le parallèle de déclinaison (P) a lieu lorsque deux planètes sont égales en déclinaison (sont positionnées au même degré, Nord ou Sud, de l'équateur céleste).

On n’accorde pas plus d’un degré d’orbe.

Exemple : le 29/01/2009 le Soleil est au parallèle exact de Pluton (tous deux sont 17°45 S à 18H31 GMT)

On parle de contre parallèle si l’un des astres est au Nord et l’autre au Sud.
Exemple : Plus tôt le même jour, à 00H32 GMT, la Lune fait un contre parallèle exact à Saturne (Saturne 5°32 N et Lune 5°32 S).

J’ai personnellement tendance (comme d’autres auteurs) à ne pas accorder d’importance à cette distinction : parallèles ou contre parallèles s’interprètent comme des conjonctions, ce qui signifie que leurs significations (favorables ou défavorables) dépendent avant tout des astres incriminés. Les bons logiciels d’astrologie, ou les éphémérides sérieuses (comme les précis Raphaël, publiées chaque année depuis 1795 !) les calculent.

Cet aspect considéré comme essentiel par les anciens, est tombé en désuétude chez les modernes (dont beaucoup ignorent même son existence), ce qui les prive d’un instrument d’interprétation extrêmement pointu. On se demande comment il est possible que cet outil indispensable soit de plus en plus écarté, alors que des astrologues de l’école anglo-saxonne tels qu’Alan Leo, les Raphaël ou l’américain Georges Llewellyn (des praticiens très portés sur l’efficacité), n’hésitaient pas à proclamer que : « L'étudiant doit porter une attention extrême aux déclinaisons des planètes, car le parallèle zodiacal a plus d'importance que n'importe quel aspect».
La pratique (seule juge en la matière) leur donne raison. Il arrive souvent de ne pas « saisir » l’entièreté d’un thème avant d'avoir remarqué un parallèle de déclinaison, par exemple entre Saturne et Mercure, qui expliquera nombre de mauvais choix dans la vie du sujet, car effectivement semblable dans ses effets à une conjonction. Beaucoup d'interprétations sont ainsi incomplètes ou erronées, à cause de l’omission d’un parallèle, puisque cela revient à négliger une importante conjonction.

L'intérêt de cet aspect réside non seulement dans le fait qu'il ajoute des informations fondamentales à la panoplie de l'astrologue, mais aussi de ce qu'il relie souvent deux (mais parfois trois, quatre, cinq ….) astres qui n’ont, dans le cadre d’une lecture l’omettant, rien à faire l'un avec l'autre à ce moment précis, c’est-à-dire ne dessinant entre eux aucun aspect. Ou alors c’est une planète qui semble isolée, pérégrine de position, qui devient soudain intelligible et prend alors une importance insoupçonnée, capable de changer profondément la tonalité du thème et parfois d’en livrer la clef.

Reprenons le même exemple que ci-dessus : le jeudi 29 janvier 2009 à 12H00 GMT, le Soleil se trouve à 9°43 du Verseau et Pluton à 2°13 du Capricorne. On peut en tirant par les cheveux, les rattacher par un demi quintile (36°), un aspect si mineur qu’il n’a en vérité strictement aucune importance.
Par contre le parallèle de déclinaison les unit comme s’ils étaient conjoints et c’est ainsi que le thème de cette journée doit être interprété (en accordant 1° d’orbe, le parallèle est actif du 26 janvier au 1 février inclus).
Ainsi illuminé par le Soleil, lui-même toujours conjoint à Jupiter, Pluton (l’énergie inhérente à la matière) renforce l’énergie vitale et la créativité des enfants à naître sous cette configuration, mais entraîne simultanément le Soleil vers les obscurités de l’être (pulsions de mort, peurs, sexualité tourmentée). Selon les cas (c’est-à-dire l’ensemble du thème dans lequel le parallèle s’inscrit), les natifs courtiseront l’autodestruction et la morbidité, expérimenteront une ou plusieurs descentes aux enfers, cèderont aux sirènes de l’argent, du pouvoir et de la quête permanente des sensations et tenteront de rejoindre les puissants qui gravitent dans l’ombre, quand d’autres ambitionneront à renaître, à se transmuter et à se libérer définitivement de la peur (le rôle le plus positif de Pluton).

Une mention spéciale pour les naissances qui auront lieu entre le mercredi 28 janvier à 20H00 et le jeudi 29 janvier à 5H00 (GMT), à cause du second exemple, c’est-à-dire du contre parallèle de la Lune à Saturne : vue la rapidité de déplacement de cette dernière, et avec un degré d’orbe, l’aspect n’est valable que dans cette limite de temps.
Si la soirée sera plus fraîche psychologiquement et affectivement parlant, plus propice à la lecture et aux discussions sérieuses qu’à la fête et aux débordements, les enfants à naître seront marqués par cet aspect en relation à la peur et à l’insécurité vécue pendant l’enfance. Ils bénéficieront comme les autres d’une conjonction Soleil/Jupiter et d’un parallèle Soleil/Pluton comme expliqué ci-dessus, mais la peur sera chez eux plus puissante, plus insidieuse, et à l’origine de leurs orientations et de leurs motivations.
Ils seront plus ambitieux peut-être, plus secrets et plus solitaires et devront leurs éventuelles réussites à leurs perpétuelles recherches de sécurité. Cependant, l’astrologie n’étant en rien déterministe, il en est de ceux-là qui sauront utiliser la conjonction Uranus/Vénus en Poissons pour révolutionner leurs émotions, sans compter qu’ils bénéficieront d’un magnifique trigone de Mercure en Capricorne à Saturne en Vierge, qui leur assure une vive intelligence et un intérêt marqué pour la philosophie. Ils devront enfin se méfier des mots ainsi que des décisions impulsives, car Mars, bien qu’exalté en Capricorne et au trigone lui aussi de Saturne (le guerrier a la possibilité de se transformer en serviteur, au sens noble de ce mot), est trop proche de Mercure et rend la communication verbale parfois querelleuse.


Pour terminer : des thèmes de célébrités (étudiés dans ce Blog), très marqués par les parallèles de déclinaison:

1 : Barak Obama : Mercure/Vénus/Jupiter/Saturne/Pluton sont en parallèles de déclinaison dans son thème, ce qui équivaut à une grande et unique conjonction de ces cinq planètes!
Mercure (1°48' Lion) est opposé à Jupiter (0°53 R Verseau), Vénus (1°29' Cancer) lui fait un quinconce, Saturne (25°20 Capricorne R) lui est conjoint : ces aspects relient ces quatre astres entre eux. Par contre Pluton (6°58' de la Vierge) à l’extrême limite du sextile à Vénus, n’est en rien relié à Jupiter et à Saturne, sinon par le parallèle de déclinaison.
Or Pluton en VII (la maison de l’épouse et des associés, mais aussi celle des ennemis déclarés !) représente le pouvoir et les puissances cachées (multinationales, lobbies pétroliers, marchands d’armes…), alors que Jupiter/Saturne sont en XII (les épreuves, les trahisons et ennemis secrets entre autres).
« Capable de jouer des connexions et des opportunités que la vie lui offre abondamment (Jupiter/Pluton) …….. on dira aussi qu’il est fin, rusé, astucieux (Mercure/Pluton), et que si les circonstances l’exigent il peut être retors, dur, tendu et pourquoi pas méchant (Saturne/Mercure/Pluton), car tourmenté en définitive par des peurs profondes (Saturne/Pluton) ». Ajoutons, spécialement dans son cas, que Pluton (le corps) est en rapport direct avec l’hérédité et que dans cette position en VII, en aspect à la XII (les complots), Pluton fait craindre pour sa vie.

2 : Benazir Bhutto : « Pluton au demi-carré de Mars, et surtout au parallèle, indique une autodestruction latente inscrite dans la personnalité de Benazir Bhutto….. lors de sa mort, la Lune conjointe à son Pluton de naissance, une planète mortifère, est opposée à Neptune et à son exact parallèle de déclinaison (Lune 14°59N, Neptune 15°02S)
Les parallèles de déclinaison sont très puissants dans le thème de naissance, et symbolisent à eux seuls l'assassinat :
- Soleil et Mars, ce qui renforce la conjonction de naissance (violence, conflit et compétition)
- Pluton (par le Parallèle) s'accroche au couple Soleil/Mars, ce qui indique des puissances cachées (multinationales, banques, organisations terroristes) qui jouent un rôle important dans sa destinée, ainsi qu'une tendance à l'autodestruction, des cieux intérieurs ténébreux, et de la violence.
- Uranus/Soleil/Mercure/Pluton : Uranus apporte sa qualité explosive, fanatique, terriblement volontaire au caractère et cela naît de la relation au père (le Soleil). Les paroles, les mots, les discours (Mercure) quoique parfois très inspirés et visionnaires (Mercure/Uranus) iront parfois trop loin et sèmeront la discorde (Mercure/Mars). Les influences obscures de Pluton (pulsionnel troublé, ambitions personnelles, amour de l'argent, puissances cachées) se mêlent à tout cela. En résumé : grâce aux parallèles, sont liés en un seul bloc le Soleil, Mars, Pluton, Uranus et Mercure (ambition et amour du pouvoir, conflit, violence et amour de l'action, présence de puissances obscures liées à l'argent, intelligence et subtilité d'esprit), tout cela dans un thème où la Lune liée à Saturne et Neptune indique des angoisses profondes, des dissimulations et de la souffrance.

3 : Carla Bruni-Sarkozy : « Mars, Neptune et Pluton sont en parallèle de déclinaison, ce qui implique des crises d'autodestruction (Mars/Pluton). Carla Bruni n'a sans doute pas fait que respirer de l'air pur au cours de son existence, cherchant à se débarrasser de cette peur de l'environnement (Mars/Neptune) qui la taraude » .



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.