lundi, août 29, 2016

Vidéo : les noeuds lunaires, de l'évènementiel au spirituel


Le dragon des noeuds lunaires : de l'évènementiel au spirituel (interview de Bernard l'astrologue par Anne Vernes enregistrée le 5 janvier 2015 sur salamandre.tv) est maintenant en ligne sur Baglis TV

samedi, août 27, 2016

Tremblement de terre, éclipse solaire, Turquie et burkini


L’Astrométéo : un mois d’août riche et tourmenté tient ses promesses : Antarès, Mars et Saturne que l’on admire chaque soirée dans leur éblouissant alignement sont partie prenante dans trois évènements qui attirent notre attention : le tremblement de terre qui a ravagé le centre de l’Italie, l’invasion de la Syrie par la Turquie et la polémique sur le burkini qui fait les gorges chaudes de la presse mondiale. L’éclipse du premier septembre fait déjà des vagues et ça n’est pas fini. 

Le tremblement de terre et l’éclipse

Eclipse solaire du 1er septembre 2016 à 11h03 (HL Paris).

Le tremblement de terre est traditionnellement lié aux éclipses et à certaines conjonctions, dont celle de Mars et Saturne. Les deux conditions sont ici réunies. 
Etrangement l’éclipse de Soleil à venir du premier septembre, a lieu à 9° de la Vierge, au carré quasi exact de Saturne et de Mars, alors que le Soleil et la Lune se rencontrent à 3° du noeud lunaire nord (Rahu). La violence de cette configuration explique les terribles dégâts et le nombre impressionnant de victimes. La présence de Neptune et des noeuds lunaires soulève les questions sur les normes, les matériaux employés, la corruption et les malversations immobilières. 
C’est un exemple parmi d’autres qui démontre comment les significations de ce type d’actualité cosmique semblent parfois se déployer autant avant qu’après leur occurence : le temps n’est pas linéaire et les évènements, de même que les tourmentes psychologiques et émotives, sont « colorés » voire « provoqués » par l’éclipse des jours avant que celle-ci ne se produise. De même que les corps massifs courbent l’espace-temps et attirent les objets, en certains cas les éclipses « influencent » l’événementiel avant et après qu’il ne se produise (1)

Les éclipses sont des inflammations marquées des noeuds lunaires qui représentent à la fois des tendances psychologiques et des possibilités d’évènements. Ces derniers sont liés à des cristallisations passées, à des « éclipses mentales » (2), à des mémoires et des préoccupations souvent inconscientes restées attachées à des évènements marquants mais pas toujours conscientisés. Il est essentiel ainsi d’observer l’action du passé, dans ses formes psycho-émotives quelquefois douloureuses, sur notre présent. Il est également essentiel de creuser l’inconscient, moins dans l’analyse et l’introspection que dans la quête du silence intérieur qui clarifie les eaux agitées de nos consciences. 

On s’interroge sur les temps à venir, qu’il s’agisse de la Turquie dont nous allons parler, des collectivités diverses et des individus dans leurs multitudes. Les mots clés négatifs sont ici violence (Mars), frustration (Saturne), manipulation (Neptune) et insatisfaction (Rahu). Les mots clefs positifs, capables d’apporter les remèdes nécessaires, sont courage (Mars), réflexion profonde (Saturne), empathie (Neptune), détachement et quête spirituelle (Ketu). Attention, les éclipses solaires sont connues pour prolonger leurs « effets » pendant de longs mois.


La Turquie

Recep Tayyip Erdogan, le 26 février 1954 à Istanbul 4h25 am

En ce qui concerne la Turquie, le président Erdogan supporte mal ce transit de Saturne et de Mars sur sa conjonction Lune/Mars natale, alors que Pluton (le pouvoir) rétrograde à proximité de son ascendant (le comportement). Circonstance aggravante, ce violent transit à lieu au carré de sa conjonction Soleil/Mercure/Vénus en Poissons, elle-même visitée par Neptune et Ketu. La présence d’Antarès, le rival de Mars, étoile martiale, querelleuse et souvent destructrice n’arrange rien. Tous les ingrédients liés aux mauvais choix sont ainsi regroupés  : 
- Manque de discernement des motivations profondes et durcissement mental  (Saturne, maître de l’AS, carré à Mercure natal)
- Craintes profondes (Saturne sur la Lune) et frustrations (Saturne sur Mars)
- Impulsivité et mental guerrier (Mars carré à Mercure natal)
- Sinuosité des raisonnements, dissimulations (Neptune sur Mercure natal)
- Sentimentalité, souffrance de ne pas se sentir aimé, sensation douloureuse d’être trahi: Neptune sur Vénus natale, alors que Saturne est au carré, ce qui le rend manipulable par des influences extérieures sachant profiter de ces faiblesses. Celles-ci, partagées entre l’OTAN et la Russie, sont nombreuses dans ce véritable sac de noeud qu’est devenu cette région. 
- Obscurcissement de la lumière (les deux luminaires sont assombris par Saturne)
- Corruption du sens de la justice par la peur et l’émotivité : Saturne en Sagittaire (la justice), sur la Lune avec Neptune transitant le Soleil Mercure et Vénus. 
- Décisions compulsives : Ketu vécu négativement dans sa conjonction à Mercure affligé par le carré de Saturne.  
L’éclipse déjà mentionnée colore cette invasion militaire, ce qui rend l’avenir inquiétant (3). 

Le burkini-gate

Alors que le monde est en pleine réorganisation géo-politique, la France vit une polémique invraisemblable sur la façon de s’habiller (ou non) sur les plages. Peut-être est-il symptomatique d’une nation Lion/Verseau (voir Identité astrale et identité nationale) de vouloir tout réglementer par des lois et des arrêtés! Certes les justifications idéologiques sont légions (les droits de la femme, la culture occidentale et même pour certains la République), mais la conjonction Mars/Saturne/Antarès est bien présente : Antarès a fort à voir avec la stratégie qu’elle soit guerrière ou politicienne. 

De nature solaire, la France-Lion subit la notion d’éclipse mentale (4) qui se traduit entre autres par un obscurcissement de l’intelligence, partie intégrante des phénomènes liés à Rahu et à Ketu en phases difficiles, à cause de cristallisations mentales figées : la France a subi de plein fouet des attaques terroristes qui marquent durablement la conscience collective, phénomène en relation avec les noeuds lunaires. 

Neptune (l’identification), au carré de Saturne, de Mars et d’Antarès, est au coeur des débats, par le biais de la propagande, de la manipulation des idées, des craintes collectives et du populisme. La configuration Saturne/Neptune/noeuds lunaires indique que les justifications avancées correspondent peu aux véritables motivations qui sont liées à la quête du pouvoir et l’on peut légitimement se demander si toute cette affaire n’est pas orchestrée, d’autant que Rahu évoque les préparations secrètes. Antarès quant à elle, associée comme on l’a dit à la stratégie, l’est aussi au poison. 


(1) Peut-être un phénomène à étudier dans le cadre de la double causalité définie par le chercheur au CNRS Philippe Guillemant (ou l’action du futur sur le passé). 


(3) Lire la dernière partie de l’article Bagdad, Uraniborg et les thèmes d’élection à propos de l’éclipse du 15 janvier 1991 à 23H59 Bagdad Iraq (conjonction Soleil, Lune, Rahu et Saturne). 

(4) Ibid. note 2

dimanche, juillet 31, 2016

Astrométéo: un mois d'août riche et perturbé


« Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe » Edmund Burke

Comme « annoncé » dans Mars rétrograde attaque, ces dernières semaines ont donné lieu à de véritable pics de violence. Il serait illusoire de penser que celle-ci se calmera miraculeusement, même s’il ne s’agit pas de fatalité, nous pouvons transformer les énergies à l’oeuvre à condition d’y appliquer nos esprits et nos coeurs, c’est-à-dire de faire preuve d’intelligence et de compassion. Rien n’est inéluctable, l’individu vraiment concerné change le monde, non pas en accusant le système et les politiciens, ni en votant pour d’autres dirigeants à l’image de leurs propres contradictions, mais en s’observant, en s’examinant et en se changeant lui-même. 

- Lorsque Mars se conjoint à Saturne, comme cela sera le cas du 6 août au 9 septembre, le désir et la capacité d’action (Mars) se heurtent souvent à des circonstances adverses (Saturne), situation aboutissant à la contraction mentale et à la frustration. On est alors confronté à une réalité rugueuse, dépourvue de sérénité. 
- Avec les noeuds lunaires au carré de Saturne de la mi-mars à la mi-novembre et bientôt au carré de Mars du 18 août au 10 septembre, la frustration, le dépit et le durcissement sont aptes à déclencher des réactions brutales, incontrôlées, nourries par des manoeuvres souterraines, des mensonges et des manipulations que ces aspects évoquent. 
- L’on inclura aussi un Saturne posé sur Antarès, le Coeur du Scorpion jusqu’au 21 septembre, une position liée à l’empoisonnement des consciences.
- Les risques d’accidents, de violences, d’attentats sont ainsi démultipliés d’autant que Mars transite au carré de Neptune du 12 août au 8 septembre. Méfions-nous des situations où la conscience collective (Neptune) effrayée par Mars (la violence), passe de la paranoïa à l’agressivité. 
- Neptune affligé par Saturne jusqu’à la fin novembre et conjoint à Ketu jusqu’en février 2017, représente les innocents confrontés à la souffrance.

Enfin, nous en parlerons bientôt, l’éclipse solaire du 1er septembre, intensifiera le rôle négatif des noeuds (possible matérialisation de cristallisations mentales cachées, oubliées ou obsessionnelles) 

Ces tendances peuvent être inversées 

Mars conjoint à Saturne construit la force mentale qui permet de faire face aux circonstances adverses, avec la capacité de renoncer s’il le faut, c’est-à-dire de comprendre la futilité des désirs et de l’avidité. Mars, le guerrier brutal et destructeur doit servir Saturne (le sage) et révéler ainsi sa nature chevaleresque. Sa force, sa bravoure, son impétuosité deviennent alors des atouts pour la société.

Saturne au carré des noeuds lunaires offre, à ceux et celles qui réfléchissent profondément (Saturne), l’équilibre nécessaire entre le désir de jouir des expériences (Rahu) et la nécessité du détachement (Ketu). Il révèle la nocivité de l’attachement, qui provoque l’anxiété, la colère et l’insatisfaction (Rahu). Il enseigne comment les comportements compulsifs (Ketu) proviennent d’une méconnaissance de soi (de la nature de l’ego). Saturne nourrit ainsi une conception spirituelle de l’existence, associée à la compréhension de l’attachement (Rahu) et à la conquête du détachement du moi (Ketu).

Saturne conjoint à Antarès évoque la transmutation des coeurs et des esprits. La transmutation est une transformation radicale, complète. Elle transcende la notion de paliers à franchir et ainsi échappe au temps. C’est une compréhension complète qui change jusqu’aux paradigmes de la conscience individuelle et collective. 

Le carré de Mars à Neptune rend plus que jamais nécessaire de comprendre et d’appliquer la non-violence, comprenant qu’elle n’est pas une idée ou une opinion, mais un entendement : « (….) la violence qui nous habite et celle qui règne sur terre ne font qu’une. Notre chaos intérieur engendre le chaos mondial. Est-il sérieux de penser que la paix puisse régner sur une planète occupée par des milliards d’êtres humains en conflit permanent avec eux-mêmes ? Cette croyance en la paix, alors que nous nous déchirons sans cesse intérieurement, n’est-elle pas hypocrite et absurde ? » (1)
Il ne tient qu’à nous de faire de Mars le héros au service de la collectivité (Neptune). Ce comportement écarte également les menaces qu’évoque Mars au carré des noeuds lunaires liées aux matérialisations violentes du mental collectif. 

Neptune et Ketu, comme expliqué dans Le temps de Neptune et de Ketu , donnent ainsi le meilleur d’eux-mêmes, qui n’est ni compulsion ni souffrance, mais ouverture de portails intérieurs habituellement hors d’atteinte. 

Il est important, pour chacun d’entre nous, plutôt que de nous replier dans la peur et le durcissement, d’emprunter ces directions pleines d’espoir. Les dangers sont réels, mais notre capacité à les écarter aussi. 


Plus concrètement

J’expliquais dans La fonction sociale de l’astrologie que nous ne possédons pas (pour le moment) les moyens de désigner précisément les lieux les plus menacés. Marqués par la Vierge (au carré de la conjonction Mars/Saturne en Sagittaire et transité par Rahu), la Turquie en pleine dérive dictatoriale et le Brésil organisateur des JO, semblent cependant particulièrement concernés (2). 

Les JO débutent avec Mercure (maître de la Vierge) au carré de Mars du 25 juillet au 5 août et à celui de Saturne du 1er au 11 août : non seulement, comme partout dans le monde, les risques terroristes sont réels, mais les problèmes de santé (entre autres virus du Zika et insalubrité des plans d’eau réservé aux épreuves nautiques) sont énormes, d’autant que la Vierge entretient une relation particulière à la santé. L’opposition de Mercure à Neptune du 2 au 13 août n’arrange rien, évoquant mensonges, dissimulations, discours clinquants et manipulateurs, erreurs, maladies mystérieuses …. 

Les transits de Vénus au carré de Mars du 29 juillet au 15 août et de Saturne du 8 au 18 août menacent les sentiments, les faisant passer de la passion (Vénus/Mars) à la déception (Vénus/Saturne). L’opposition Vénus/Neptune du 9 au 21 août, n’arrange rien, car il est souvent question de souffrance et de trahison, la sentimentalité l’emportant de loin sur l’amour malgré les illusions dont on se berce. Attention car cet aspect qui trouble les amours concerne aussi des actes et des choix trop dictés par les réactions émotives. Vénus se conjoindra cependant ensuite à Jupiter du 19 août au 3 septembre, favorisant la beauté, la grâce et la joie d’aimer. Son trigone à Pluton du 12 au 23 août a capacité à régénérer et guérir peut-être certains traumatismes émotionnels. 

Nous bénéficierons également d’une belle conjonction Mercure/Jupiter du 12 août au 9 septembre, très propice à l’étude, à la culture, à la communication, à la médecine et à la remise en ordre. Sa conjonction à Rahu du 4 au 15 août favorise les expériences psychiques, la quête de la connaissance et la récolte des informations. Son trigone à Pluton du 6 au 17 août renforce la sagacité mentale.

Accompagner au mieux la météo des astres 

Cette astrométéo est chargée mais possiblement épanouissante :

- Dans la tourmente Mars/Saturne, le courage est mis à l’épreuve et des défis sont relevés, apportant gratification et fierté.

- Saturne au carré de Ketu/Neptune permet à la spiritualité de se construire sur des fondations solides et d’échapper aux illusions et aux identifications idéologiques responsables de certaines monstruosités.

- Dans sa relation tendue à Neptune et aux noeuds lunaires Mars définit le héros ou l’héroïne, qui sommeille en chacun d’entre nous. 

- Si l’on use à bon escient de Mars, de Saturne et de l’ensemble des configurations astrales, la conjonction Ketu/Neptune ouvre les portes de la perception et de la connaissance.

- Mercure est le maître des choix : ses aspects tendus à Mars et à Saturne aident à examiner et à comprendre les mobiles secrets et les motivations profondes qui provoquent l’impulsivité et les mauvaises orientations de la pensée, responsables des mauvaises décisions. Sa longue conjonction à Jupiter (12 août au 9 septembre) nourrit l’intelligence. 

- Prise entre la passion (carré à Mars), les possibles déceptions (carré à Saturne), l’influence de la collectivité sur les émotions (opposition à Neptune), la jouissance et la joie de vivre (conjonction à Jupiter), Vénus peut prétendre à la Venia, à condition d’aimer vraiment, ce qui nécessite de libérer le coeur de l’emprise incessante du mental. Sa conjonction à Rahu du 9 au 22 août favorise l’art, l’amour et la beauté, mais nourrit aussi les cadeaux empoisonnés liés à l’attachement et à l’insatisfaction, ainsi que les manipulations secrètes par le biais des émotions. Pour que tout aille au mieux, les rencontres sentimentales, la soif d’expériences sensuelles, la recherche du plaisir et l’ensemble des mécanismes émotionnels doivent s’éloigner de la quête de la sécurité, afin que l’amour règne sans partage et sans calculs. 



(2) Si la Vierge semble sur la sellette, cela concerne non seulement la Turquie et le Brésil mais aussi la Suisse, la Crète, la Croatie et de nombreuses autres contrées  ….  ainsi que Paris, Los Angeles, Lyon, Toulouse, Boston, Strasbourg, Jérusalem et de nombreuses autres villes ….  











samedi, juillet 23, 2016

L’astrologie et le sens de la vie


Nombre d’experts expliquent qu’une des causes majeures de la radicalisation des jeunes victimes de l’islamisme radical, est la sensation d’être engagé dans une existence dépourvue de finalité, soumise à une destinée sans surprises ni exaltations, dépourvue de sens véritable, avec comme obligations futures un emploi rarement passionnant, la lutte pour le trouver ou le conserver afin de survivre et au mieux de se payer les biens de consommation vantés par la publicité. 

J’ai rédigé « Initiation la la guerre intérieure » dans les années 90 après avoir parlé d’astrologie devant des publics atypiques, en première partie de concerts néo-punks (1). Il s’agissait principalement de jeunes d’une vingtaine d’années, marginaux et révoltés, en quête anarchique d’identité. Leur curiosité marquée pour le sujet avait de quoi étonner, de même que leurs réactions, lorsqu’ils venaient ensuite discuter de ce qu’ils avaient entendu. L’obscurité spirituelle dans laquelle ils se débattaient, sans même s’en rendre compte, m’avait profondément marqué. Comme s’ils étaient enfermés dans des pièces dépourvues de fenêtres, leurs ailes coupées dès la naissance. On les sentait désabusés, sans intérêt pour la vie politique et les idéologies religieuses traditionnelles, ayant rejeté les croyances héritées de leurs familles. 

Vingt ans plus tard la situation a semble-t-il empiré. Privée de boussole philosophique ou spirituelle, la jeunesse ignore que destinée et destination (qui signifie à la fois but et fonction) partagent une même parenté. 

Mais si les termes de finalité, ou celui plus savant de « téléologie » ne leur disent rien, c’est qu’il en est hélas de même pour une importante part de leurs aînés. 

Nous traversons bien une crise de civilisation. Comparées aux connaissances scientifiques et aux progrès technologiques, la foi, les cosmogonies et les croyances qui ont « guidé » nos ancêtres (pour le meilleur et pour le pire) semblent surannées. Le « matérialisme » et la quête de l’intérêt personnel sont les philosophies dominantes. L’occident se cache de la mort, la grande inspiratrice (2) tant il en est effrayé. 

En conséquence des idéologies rigides, étroites, violentes, manipulatrices et dépourvues d’amour se referment comme des pièges sur les consciences appauvries de certains jeunes. 

Il est de notre responsabilité d'aînés, de parents, d'éducateurs, de professeurs de les aider à percevoir les lumières qui malgré tous ces obstacles percent les brumes de nos mondes pollués : qu’ils soient introduits aux expériences de mort imminentes, aux avancées des neurosciences et de la médecine quantique, à l’exploration des labyrinthes de la pensée et du moi, aux phénomènes de synchronicités et idéalement qu’ils apprennent, un peu, à méditer. 

Au coeur de ces lumières, l’astrologie brille de façon particulière : « (…) elle éclaire une étrange filiation entre l’être humain et l’univers. En révélant l’existence de cieux intérieurs, la carte du ciel ouvre une fenêtre personnelle sur le cosmos. Par son biais, la fourmi humaine égarée dans les immensités intersidérales, elle dont l’existence est si fragile et si éphémère, réalise que par quelque miracle inscrit dans les astres à sa naissance, l’univers ne lui est pas étranger. Un lien qui témoigne du sens et de la magie de son existence les unit. Son nom est gravé dans le ciel et s’appelle thème astral. » (3)

L’astrologie apporte l’essentiel à l’esprit en quête de sens, car sa pratique expose un lien étonnant, tangible (les astres) et indiscutable, qui associe la réalité, bien souvent rugueuse et ardue, à nos aspirations profondes, enfouies au coeur de nos consciences, comme elles le sont depuis des dizaines de millénaires, ce qui fait de nous des êtres humains. Elle nous fait sentir que la vie et la mort ne sont pas dépourvus de signification. 

De par son existence l’astrologie a été, est et sera la preuve la plus éclatante de la présence d’une trame mystérieuse, sous-jacente à la matière, à l’espace, au temps et à l’énergie. Et nous ne parlons pas de foi ni de croyance, car toute personne qui se donne les moyens d’explorer un peu l’astrologie réalise en très peu de temps sa réalité et sa véracité. Des fenêtres emplies de soleil s’ouvrent alors dans nos esprits car :  « Confronté aux merveilles du ciel, à la matière céleste signifiante qu’il pratique et étudie, sans nécessairement se tourner vers une confession religieuse pour autant, l’astrologue sait que la vie n’est pas un accident ».(4)


(1) Des membres de cette mouvance particulière montraient une conscience écologique marquée. Nombre d’entre eux étaient végétariens, parfois même antispécistes.

(2) Yama, dieu des morts chez les Hindous est aussi appelé Dharma-raja, le maître de la loi, dans le sens de « l’ensemble des règles et des phénomènes naturels régissant l’ordre des choses, des sociétés et des hommes » (Dict. de la civilisation indienne, Louis Frédéric).


(4) Ibid. 









vendredi, juillet 15, 2016

Attentats : la fonction sociale de l’astrologie


On imagine sans peine les milliers d’adeptes astrologues, amateurs ou professionnels, penchés sur la situation astrale d’hier soir afin de tenter de comprendre ce nouvel attentat. 

Nice, le 14 juillet 2016 à 22h40

Rien de très complexe d’ailleurs : comme annoncé dans Mars rétrograde attaque, l’astre rouge en Scorpion (virulent), s’exprime violemment dans le quinconce à Uranus (imposer ses idées par la violence) et dans son parallèle à Pluton (destruction et autodestruction aveugles). La toile de fond est toujours la même (voir Le massacre d’Orlando) impliquant Rahu et Ketu (1) respectivement conjoints à Jupiter (sens corrompu de la justice) et à Neptune (épreuves affectant la population innocente), alors que le carré de Saturne à Neptune évoque la rigidité mentale « religieuse ». Le parallèle toujours vivace de Saturne à Pluton implique les conditionnements funestes sous-jacents, avec la valse des interdits et des transgressions. 

D’autres aspects sont également actifs, mais ajoutons seulement la Lune en Scorpion (obsessionnelle), exactement conjointe à Mars, qui sert d’élément déclencheur. Si la nuit dernière, dans les montagnes de l’arrière-pays niçois, de sombres nuages cachaient cette conjonction, on a observé les soirées précédentes la Lune arpenter en grossissant le sentier zodiacal, où elle rejoignit Jupiter, puis Spica alors que Mars l’attendait. Elle se conjoindra à Antarès (le Coeur du Scorpion), puis à Saturne demain. Il suffisait ainsi de lever les yeux pour savoir que la soirée du 14 juillet  serait « dangereuse », comme c’est souvent le cas lorsque la Lune rencontre Mars.

Bien entendu cette menace ne s’est pas matérialisée partout, fort heureusement. Il y eut même sans doute de belles ambiances en de nombreux endroits, malgré une tension palpable, un désir plus exigeant qu’à l’habitude, d’habituels excès et des accrochages obligatoires. 

L’astrologie peut-elle servir la collectivité à prévoir et peut-être à se protéger de ces éruptions aveugles et dévastatrices ? Ou son rôle se cantonne-t-il uniquement à étudier les caractères (ce qu’elle fait admirablement) et en conséquence le déroulement des destinées (ce qu’elle fait avec plus ou moins de succès)? 

La difficulté est que nous manquons de connaissances, de compréhension et de précision. Comme toutes les disciplines étudiées par l’humanité et malgré des millénaires d’exploration, l’astrologie a encore beaucoup à apprendre. Nous pouvons percevoir le danger inscrit dans le ciel en lettres de feu, mais nous sommes incapables de dire où il va frapper. Et comme la Terre est vaste, nous assistons impuissants au déroulement de faits « prévisibles ». 

Nous n’avons pas de réponse à ce problème pour le moment, mais nous pourrions en trouver, d’autant que nous disposons maintenant d’instruments très performants, nous permettant d’établir avec une grande exactitude les situations des astres dans les millénaires passés comme dans les millénaires futurs. Le terrain à déchiffrer est immensément vaste : toute l’histoire humaine, nation par nation pourrait être passée au crible des configurations astrales. Cela nécessite d’énormes moyens, des milliers de chercheurs, des centre d’études, des hypothèses à tester, c’est-à-dire d’une certaine façon tout ce dont disposent les scientifiques. 

Mais depuis plusieurs siècles, victimes de préjugés négatifs, nos sociétés se privent d’un instrument extrêmement performant. Et ainsi, n’étant pas reconnue, souffrant d’un manque d’organisation et de structures, de coopérations et d’échanges, minée par le charlatanisme, les croyances et les superstitions, l’astrologie savante ne remplit pas certaines de ses fonctions sociales reliées au vivre ensemble, aux possibles dangers encourus, aux protections envisageables, sans compter la compréhension de la psychologie des criminels déséquilibrés responsables des actes extrêmes qui nous préoccupent aujourd’hui.

Imaginons un instant (rêvons), d’une astrologie structurée comme l’est le monde scientifique : études approfondies obligatoires, classements des informations, création de corpus structurés, spécialisations en départements divers, hypothèses passées au crible des expériences, moyens financiers. En quelques années  un collectif d’astrologues originaires du monde entier nous feraient faire des bonds de géant et nous permettraient sans doute de mieux comprendre certains mécanismes qui nous échappent et qui se situent au coeur des préoccupations du IIIe millénaire : le relationnel complexe entre la conscience et la matière par exemple, l’origine même du psychisme et les insondables mystères de la psychologie. La spiritualité (qui est étrangère aux croyances organisées) y gagnerait beaucoup aussi car l’astrologie, plus que tout autre domaine, nous amène à comprendre combien l’univers nous est intimement proche, mêlant comme elle le fait le tangible (le système solaire), le symbolique, la conscience et la destinée.


(1) Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, terroriste présumé serait né le 3 janvier 1985. On ne s’étonne pas de trouver dans son thème une conjonction exacte de Saturne (24°57’ du Scorpion) et de Ketu (25°01 du Scorpion), ni d’apprendre qu’à 22h45, heure de l’attentat, Mars se trouvait à 24°31 du Scorpion et la Lune à 23°40 du même signe !! 

Rappelons que dans la majorité des cas les attentats terroristes mettent en scène Mars et/ou Uranus et les nœuds lunaires d’une façon ou d’une autre. C’était le cas pour le 11 septembre 2001, pour le massacre d’Anders Brevik en Norvège, pour Mohammed Merah, pour Charlie Hebdo et ainsi de suite. Ce type de coïncidence remarquable (pour ne pas dire signifiante), que nous trouvons à chaque attentat terroriste devrait ouvrir les yeux aux détracteurs de l’astrologie, si seulement ils pouvaient se défaire de leurs conditionnements (pour ne pas dire leurs croyances). 

lundi, juin 13, 2016

Le massacre d’orlando


Piqûres de rappel tirées de Mars rétrograde attaque (billet du 15 avril) :   

« Mars au quinconce d’Uranus du 7 juin au 26 juillet : le quinconce entre ces deux astres violents ne doit pas être sous-estimé. Uranus en Bélier (signe de Mars) au quinconce de Mars en Scorpion (son domicile et l’exaltation d’Uranus) : les risques d’explosion, de radicalisation, d’éruption sont à prendre au sérieux, tant collectivement que personnellement ». 

« Pendant toute sa rétrogradation (et au-delà) Mars adresse un parallèle de déclinaison à Saturne (jusqu’au 9 juillet) et à Pluton (jusqu’au 23 juillet), perturbant grandement l’atmosphère ambiante.
Ainsi liés les trois astres représentent une structure complexe, faite d’interdits et de transgressions, de blocages et d’autodestructions. (…) De possibles actions violentes, explosives, nées de toutes ces pressions sont possibles, spécialement lors du quinconce Mars/Uranus capable de mettre le feu aux poudres ». 


La folie meurtrière frappe à nouveau, cette fois à Orlando en Floride. Un homme seul armé d’un fusil d’assaut assassine cinquante personnes et en blesse de nombreuses autres. Le même sentiment de stupeur nous saisit toujours face à ce type de brutalité aveugle et insensée. Ainsi que rappelé ci-dessus, les astres indiquent actuellement un fort climat de violence remarquable partout dans le monde, en Irak ou en Libye dans les combats contre DAESH, comme dans les affrontements de hooligans russes et anglais à Marseille. Et sans doute également dans de nombreux épisodes de nos vies quotidiennes, dans une certaine façon de se durcir, de dominer, de polémiquer …. Mars montre bien les dents. Ce qui suit est une vue astrologique du massacre d’Orlando. Pourquoi faire ? Parce que, l’animalité, la violence, la brutalité sont le lot commun de nombre d’entre nous. Parce que nous sommes le monde. Parce qu’il nous appartient d’avancer, de comprendre, de faire notre possible pour débusquer cette violence qui est aussi intérieure, d’en comprendre les mécanismes, les rouages et les engrenages, c’est-à-dire si nous voulons vraiment changer le monde. 


12 juin 2016 2.02 am, Orlando Florida. Les sources pour l’heure sont le New York times et ABC news. La précision est importante car à 2h00 am l’AS est encore en Poissons alors qu’à 2h02 il est en Bélier, le signe de Mars.


Neptune et Ketu au carré de Saturne, la toile de fond

Pour comprendre, on doit partir de la conjonction de Neptune (les victimes) et de Ketu (les épreuves), en maison XII (la souffrance). Ketu, puisque ici totalement dépourvu de sa nature spirituelle, montre son pire visage lié aux compulsions irrésistibles nées des cristallisations du passé. Saturne, au carré partile (exact) de Neptune, durcit singulièrement cette configuration. Cet aspect déjà beaucoup commenté, a pour particularité de détruire l’empathie : si aucun travail n’est fait Saturne au carré de Neptune s’associe à l’étroitesse d’esprit, à la rigidité mentale et à l’absence d’empathie et de compassion. Les causes de ces problèmes sont à chercher dans la souffrance (Neptune) de se sentir séparé (Saturne). (1)  

Mars, Saturne et Pluton en parallèle de déclinaison

Mars qui gouverne l’AS Bélier symbolise ici le terroriste. Il est rétrograde en Scorpion (puissant et tourmenté), situé en VIII (la maison de la mort). Mercure qui lui est opposé (impulsivité, inflammation de l’esprit polémique et du « comment penser ») n’arrange rien.

Saturne est donc au carré de Neptune et comme expliqué plus haut, associé à Mars, le maître de l’AS évoquant la brutalité, la frustration et les morts violentes. L’association de Pluton à ces deux astres évoque quant à elle la crainte, la destruction, la jouissance de la domination et de l’exercice du pouvoir, le combat des interdits et des transgressions : l’assassin a ciblé une boîte gay, exprimant sa haine de la différence, ses conditionnements culturels et ses frustrations sexuelles et sentimentales personnelles (2).

Mars, la Lune, Jupiter, Rahu et Saturne

Mars est certes au sextile de la Lune (énergique, impétueux), mais celle-ci, quoique proche de Jupiter (tolérante et festive) est conjointe à Rahu, le noeud lunaire nord, lui-même amplifié par sa proximité à Jupiter. Un assombrissement et un durcissement du mental (la Lune) ainsi que du jugement (Jupiter) sont ainsi causés par l’anxiété, la colère et l’insatisfaction. La Lune est également au carré de Saturne, un aspect lié au refroidissement et à la peur associés au poids du passé. Sa conjonction à Rahu (3), l’assombrissement du mental dû à la cristallisation d’évènements passés, déclenche l’action violente. « 

Mars au quinconce d’Uranus

Le quinconce d’Uranus associe la radicalité des idées (Uranus) à l’action violente (Mars) d’autant qu’Uranus est au parallèle de Neptune en XII (les victimes innocentes) et au carré finissant de Pluton que nous avons vu tourmenté par Saturne (la corruption idéologique due aux interdits et les liens avec DAESH). 

On remarque le sextile exact d’Uranus à Vénus, un aspect souvent lié à l’homosexualité, ainsi qu’à la liberté et à l’exaltation d’aimer, quels que soient les codes de société prévalent.  

Saturne, le Soleil et Vénus

Saturne, toujours associé aux circonstances néfastes tendu envers Mars, Pluton et Neptune, au carré de Jupiter, de la Lune et des noeuds lunaires s’oppose au Soleil conjoint à Vénus : il ne montre pas un seul aspect harmonieux est se montre ainsi dans toute sa dureté. Le Soleil et Vénus sont au parallèle du Fond du Ciel, le lieu de l’évènement, c’est-à-dire le night-club associé au plaisir (Vénus) et fréquenté par des homosexuels (Vénus sextile à Uranus). La fête (le Soleil) est interdite par la rigidité mentale (Saturne) par le biais de la violence (Mars). Le Fond du Ciel en Cancer appartient à la Lune qui est nous l’avons vu assombrie et en position difficile (conjointe à Rahu et au carré de Saturne). Elle est également au quinconce d’Uranus  soulignant l’originalité, l’indépendance et la spécificité du lieu.

Les noeuds lunaires

On se souvient que Rahu et Ketu sont liés à l’évènementiel : leurs nombreuses tendances psychologiques sont entre autres associées aux « éclipses mentales », c’est-à-dire à des cristallisations de mémoires enfouies qui finissent en certains cas par se matérialiser sous forme d’évènements parfois funestes (4). On les trouve toujours très impliqués dans les tueries de masse, qu’il s’agisse de la fusillade de Columbine, des meurtres de Mohammed Merah, du 11 septembre 2001, ou du massacre perpétré par Anders Breivik en Norvège entre de très nombreux exemples. On les voit ici non seulement conjoints à Neptune (Ketu, épreuves vécues par la population), à Jupiter (Rahu, perversion du sens de la justice), à la Lune (Rahu, éclipse mentale) mais aussi au carré de Saturne (colères réprimées ou secrètes, arrière-pensées, dureté mentale, épreuves causées par l’isolement, la difficulté à trouver sa place…..), lui-même déjà marqué par ses parallèles redoutables à Pluton et à Mars. 

Jupiter conjoint à Rahu joue sans doute un rôle non négligeable :  « En certains cas amplification des significations négatives de Rahu (attachement, anxiété, goût du secret et insatisfaction » (5). La Lune qui leur est conjointe souligne leur importance ainsi que leur opposition à Neptune/Ketu qui évoque la sentimentalité, l’apitoiement sur soi et l’influence pernicieuse des croyances et des idéologies. 

En résumé

Tous les ingrédients d’une tuerie de masse, des faits divers de plus en plus répandus dans nos sociétés actuelles sont ici rassemblés :  
- Les noeuds lunaires (l’évènement bouleversant et médiatisé mondialement), liés à la souffrance et à l’influence négative des idéologies religieuses (Ketu/Neptune), au sens de la justice perverti (Rahu/Jupiter) et au durcissement mental (Saturne carré à Rahu et Ketu)
- Neptune au carré de Saturne (la rigidité mentale, les idéologies perverses, la souffrance de ne pas appartenir)
- Mars le maître de l’AS (le comportement) qui entre en Bélier, en maison VIII (la mort), rétrograde en Scorpion, au parallèle de Pluton (la destruction des autres et de soi-même) et de Saturne (la frustration).
- Uranus (le fanatisme des idées), au quinconce de Mars (la violence au service du fanatisme), au parallèle de Neptune (les victimes innocentes) et au quinconce de la Lune conjointe à Rahu (l’éclipse mentale menant à l’aveuglement et au massacre)

Omar Mateen, le tireur présumé, serait né le 16 novembre 1986 selon le site Everipedia 
Sans doute vaut-il mieux attendre d’avoir pleine confirmation de ses coordonnées de naissance avant de se pencher sur son thème, mais si cette date est exacte on remarque déjà un transit d’Uranus (le fanatisme) sur son Rahu natal (colère, insatisfaction, obscurité mentale). 



(1) « Figé dans ses structures, en quête d’invulnérabilité, le mental résiste au flot émotionnel ou tend à le figer, à le contrôler, le refroidir ou supprimer ses manifestations. Les défenses dressées contre la souffrance insensibilisent et isolent ». Le salut est également recherché dans la négation (Saturne) des désirs, ce qui mène à l’empoisonnement du corps et de l’esprit. Alimentée par l’aspiration à la communion (Neptune), la foi est pervertie par les croyances rigides (Saturne), l’émotion et la propagande (Neptune) qui à leur tour corrompent la discipline et la réflexion (Saturne). Le durcissement et la sévérité sont fréquents malgré un apitoiement sur soi mal reconnu et l’indifférence ou à la sécheresse du cœur menacent. (Saturne au carré de Neptune)

(2) Dans une interview, l’ex-épouse d’Omar Mateen le décrit comme violent et instable mentalement. « Il me battait » explique-t-elle, « il rentrait à la maison et me frappait parce que la lessive n’était pas terminée ou pour quelque chose comme ça ». 

(3) (….) Stress mental intermittent, émotivité et instinct de protection exagérés, insatisfaction récurrente concernant la famille et la vie quotidienne, anxiétés, mémoires figées ou refoulées et préoccupations secrètes ». L’astrologie et la mécanique de la pensée

(4) Lire à ce propos le chapitre « Les Noeuds Lunaires » dans L’astrologie et la mécanique de la pensée









samedi, juin 04, 2016

Autoritarisme, indifférence, peur et amour dans les astres


L’autoritarisme (Uranus/Pluton)

La série des carrés Uranus/Pluton s’éloigne de nous (le dernier d’entre eux se dissout ces jours-ci mais sera à nouveau actif de la mi-novembre 2016 à la fin avril 2017), mais les répercussions se feront sentir sans doute encore longtemps.

La face humaniste d’Uranus a été fortement corrompue : entre de multiples analogies, Uranus représente l'aristocratie dirigeante et Pluton les puissances financières (banques, multinationales, mafias diverses…). Le carré a fait ressortir les expression les plus négatives des deux astres, d’autant que Pluton pousse naturellement au matérialisme, c’est-à-dire, principalement, à l’épaississement du moi. Ainsi les ego surdimensionnés sont plus que jamais à l’oeuvre au sein de la politique mondiale. 

Il semble que nos sociétés soient de plus en plus soumises aux aspects les plus négatifs d’Uranus (l'autoritarisme et le fanatisme) et de Pluton (la domination, le matérialisme) exacerbés par cette longue série de carrés. On le remarque aux États-Unis, avec Donald Trump (Pluton parallèle au Soleil, à Uranus, à la Lune et aux noeuds lunaires), en France avec Marine Le Pen (Pluton conjoint à Uranus et parallèle au Soleil et à Neptune), en Russie avec Vladimir Poutine (Pluton culminant conjoint à Ketu, carré à Jupiter, parallèle à Uranus), en Israël avec Avigdor Lieberman (Pluton carré Mercure, quinconce à Mars, parallèle au Soleil et à Saturne), sans compter les percées de nombreux partis d’extrême droite (en Autriche, en Hongrie …) ou encore la Chine, toujours aussi incapable de se démocratiser. Les religions organisées elles-mêmes victime de rigidité ne sont d’aucune aide, quand ce n’est pas le contraire. A ce stade il semble qu’il soit impossible à l'être humain, de laisser vivre (croire, aimer, penser, jouir) son voisin, comme il l'entend.

Il faudra bien pourtant que nous guérissions de ces inflammations, si nous ne voulons pas sombrer tout à fait. Il est pour cela essentiel de comprendre la nature de Pluton, ses liens avec la crainte du néant, qui pousse à se réfugier dans la recherche des sensations intenses telle que le pouvoir. Cette recherche ne se limite pas aux sphères politiques ou économiques : Pluton appartient au psychisme de chaque individu et ses caractéristiques se manifestent au sein des couples, des familles, au bureau ou à l'usine, partout où l’exercice de la domination est possible. 

Il revient à Uranus, associé à l’intelligence et à l’humanisme de nous éclairer sur ces mécanismes. Correctement orienté, il manifeste sa vraie fonction qui est la quête de la liberté, c’est-à-dire de l’absence d’autorités telles que la peur ou l’avidité. Il nous révèle que l’autoritarisme naît d’abord en nous-mêmes, dans le cadre rigide de nos ego captifs de nos pensées et de nos conditionnements, construisant ainsi cette société qui est la nôtre.

L’indifférence (Saturne/Neptune)

Le carré de Saturne à Neptune, dont il a été beaucoup questions ces derniers mois sous-tend ces mécanismes, car Uranus et Pluton se déploient sur la toile de fond d’émotions tourmentées (Neptune) et de circonstances adverses (Saturne). La souffrance (Neptune) est fortement présente et alimente la quête de sécurité (Saturne). Les sociétés se réfugient dans des idéologies politiques, philosophiques ou religieuses, brassant de grandes idées tout en se montrant dures, racistes, fermées, indifférentes aux souffrances des plus démunis.

Le problème des migrants en est l'exemple le plus marquant : la Méditerranée devient un vaste cimetière marin, des murs s’élèvent un peu partout, les frontières sont surveillées comme des coffres-forts et l’indifférence est l’état d’esprit le mieux partagé. Le dernier billet traitait de la conjonction de Neptune et de Ketu : il y est question d’évènementiel tourmenté par la matérialisation de la pensée, même si l’on sait que les promesses favorables de cet aspect sont immenses. L’obstacle le plus puissant à leur réalisation est sans doute l’indifférence, que symbolise le carré de Saturne à Neptune qui refroidit (Saturne) fortement l’empathie (Neptune).  

En vérité, sans céder au découragement, il semble parfois que nous soyons incapables de nous épanouir spirituellement. Si ça n’était pas le cas continuerions-nous à détruire la planète, à massacrer les animaux, les arbres et les plantes, à exploiter le travail des enfants, à laisser les femmes subir les pires brutalités (1), à accepter que les migrants se noient par milliers ? D’innombrables exemples aberrants montrent combien notre conscience collective reste brutale, primaire, dépourvue d’intelligence, combien nous semblons incapables de répondre à ce défi qu’impose le carré Saturne/Neptune.

La peur

Pour en finir avec l'autoritarisme (Uranus négatif) et son avatar le populisme (Neptune négatif) la seule solution est de comprendre la peur, qui nourrit le désir de domination et de puissance (Pluton négatif), dressant les êtres les uns contre les autres et contre eux-mêmes (2). Comprendre la peur est de tout temps la condition majeure de la sérénité et du bonheur. L’analyse de ses causes, de ses origines est bien insuffisante et c’est pourquoi nous faisons si peu de progrès la concernant : ce n’est que dans la perception profonde de sa substance que nous pouvons y arriver. 

Pénétrer la substance de la peur nécessite d’utiliser au mieux Uranus (la pénétration psychique). Alors que le carré Uranus/Pluton se délite et qu’un long trigone Uranus/Saturne se prépare (actif de début novembre 2016 à la fin décembre 2017!), l’humanité doit plus que jamais se pencher sur ce problème. 

L’actuel trigone de Jupiter en Vierge à Pluton (actif jusqu’à début août), offre en ce moment des ouvertures en ce sens, d’autant que Jupiter voyage encore avec Rahu (jusque la fin juillet), nous offrant l’occasion d’ordonner (la Vierge) nos mondes intérieurs. Pluton a ainsi l’occasion de jouer son rôle positif qui est de nous libérer de la peur née des traumatismes du passé. Son alliance avec Jupiter éclaire et prépare au travail à venir de Saturne et d’Uranus (la liberté conquise par l’intelligence, la patience et la détermination).

Propices à la conscience collective, ces mouvements planétaires affectent possiblement la conscience de millions d’individus et les prépare, les ouvre, les harmonise à la rencontre de Ketu et de Neptune, c’est-à-dire à l’accession éventuelle à une compréhension lumineuse de l'amour.


L’amour (Neptune/Ketu)

Car, partout sur cette même planète, des hommes et des femmes « de bonne volonté », combattent pour la paix et la justice, animés qu’ils sont d'un amour brillant dont on se demande d’où il vient et de quoi il se nourrit. 

La conjonction de Ketu à Neptune (de la mi-mai 2016 à la mi-février 2017) dont nous pourrions recueillir les meilleurs fruits, devrait nous faire réfléchir à la source de cet amour et pourquoi pas nous rapprocher de la possibilité de nous en abreuver. Que la compassion puisse, malgré la brutalité, la violence incessante, la peur et la terrible indifférence, éclore dans le cœur de nombre d'entre nous, le plus souvent anonymes, loin des feux des projecteurs, est un mystère rassurant, qui encourage à croire que tout n’est pas perdu. Si Neptune n’est ni Pluton (le puissant) ni Uranus (le dirigeant), s’il figure plutôt le faible, il symbolise aussi l’au-delà (l’ailleurs) du mental, accessible uniquement lorsque la pensée, lassée de lutter contre elle-même, lassée de ne rien comprendre, lassée d’être cause de séparation, d’isolement et de souffrance s’apaise enfin, permettant l’éclair d’inspiration qui offre l’accès aux dimensions les plus riches et les plus mystérieuses de nos êtres. 

En ce sens nous traversons une époque de riches potentialités. Neptune, débarrassé de ses illusions par Saturne (si le carré est compris), dont la nature compatissante est rendu plus accessible par Jupiter (si l’opposition est maîtrisée), offre ce qu’il a de meilleur :  une empathie qui ne soit pas sentimentalité, une dissolution du moi qui ne soit pas abandon, une communion qui ne soit pas confusion. Son alliance avec le noeud lunaire sud prend alors tous son sens puisque : « Ketu, lorsqu’il se libère du compulsif qui naît de nos profondeurs peu ou mal explorées, propulse vers la quête spirituelle qui passe par l’exploration des processus conscients ou inconscients de la pensée (3) ». 

Ainsi, Ketu et Neptune nous permettent des rencontres et des expériences à même d’illuminer la finalité de nos existences. Loin sous la surface durcie par la peur et l’indifférence de nos esprits tourmentés, couve le brasier de cet amour sans lequel nous n’avons aucune chance de nous en sortir. Cette énergie incompréhensible à nos moi conditionnés, source de la matière, du temps, de l’espace, du psychisme et de la conscience repose en nous et nous attend. 

Nous sommes des démiurges qui créons l’univers à chaque instant par la matérialisation de la pensée. Il nous revient de la calmer, de l’ordonner, de la libérer du désordre de la peur, c’est-à-dire d’en trouver la source et de changer le monde. Le processus de matérialisation, que nous pouvons user pour construire ou pour détruire, s’associe à Rahu et à Ketu : « Le Dragon des noeuds lunaires appartient de plein pied à l’architecture astrologique de la pensée. Il reflète le monde matériel symboliquement issu du Soleil (l’origine) et de la Lune (la manifestation). Il indique où s’assouvit la soif d’expériences et confronte intensément au matériau brut, circonstanciel de la vie, qui semble émaner des visualisations et des projections de la pensée. (….) L’expérience montre que ce sont des lieux (…) où l’événementiel s’attaque parfois à la fabrique de la destinée pour le meilleur ou pour le pire. » (4)

Jupiter chevauche Rahu, permettant à la pensée de s’ordonner par le biais d’études, de philosophie et d’expériences à condition que nous échappions à l’attachement et à l’insatisfaction. Ketu et Neptune permettent alors à nos consciences de s’épanouir dans le détachement du moi (Ketu) et  dans sa dissolution (Neptune). Il ne s’agit certes pas de disparaître, ni de s’assoir et de ne plus rien faire, mais au contraire, de trouver par ce biais l’action juste, celle qui jaillit de la source, celle qui n’est ni réaction à la peur, ni compensation aux frustrations du passé, ni assertion égoïste du moi.  



(1) Au Brésil, le viol filmé d'une adolescente par plus de trente agresseurs et le fait que la vidéo ait été mise en ligne sur internet, accompagnée de commentaires machistes, sans compter la police qui a demandé à l’adolescente si elle participait à des orgies et aimait cela (!!!) indique clairement les années lumière qu’il reste à parcourir à la gent masculine. 



(4) Ibid.




CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.