samedi, janvier 07, 2017

Vénus, de Ketu à Neptune


Entrée dans les Poissons où elle s’exalte, c’est-à-dire où elle a capacité à transformer la sentimentalité en amour, Vénus se conjoint à Ketu, le noeud lunaire sud, jusqu’au 15 janvier et à Neptune jusqu’au 21 janvier. 

Je ne sais si l’on peut rêver d’une meilleure combinaison pour aimer, dans le sens de permettre au moi pensant de « s’anéantir » (1) dans la vastitude lumineuse du coeur. Lorsqu’il est compris, Ketu, qui accompagne Neptune jusqu’à la mi-février (lire Le temps de Neptune et de Ketu), sait incarner le portail magique du détachement : non pas du détachement indifférent qui n’est qu’une défense contre la peur de la souffrance, mais celui associé à la liberté et à la sérénité. Il s’oppose ainsi à l’attachement, origine de tant de peines car provoquant l’anxiété, la colère et l’insatisfaction que symbolisent Rahu, le noeud lunaire nord, dont la fonction est de nous soumettre aux multiples expériences de l’existence, soient-elles jouissives ou douloureuses, afin que nous apprenions. 

Cela ne signifie en rien que ces prochains jours, l’exaltation de l’amour nous soit offerte sur un plateau : l’amour est une grâce qui emplit l’âme, lorsque la liberté et la paix du coeur sont conquis par le guerrier intérieur. 

Par le biais de cette triple conjonction, ces conquêtes sont rendues plus accessibles, ne serait-ce que parce que les circonstances nous y exposent plus qu’à l’accoutumée. Nos armes ici sont l’intelligence et la subtilité, car il nous faut avancer sans assertion du moi et dans la non-action, c’est-à-dire sans efforts, car ceux-ci appartiennent à la volonté. Il nous faut comprendre avec toutes les fibres de notre être que de même qu’une authentique spiritualité, l’amour ne se révèle que lorsque le moi, égoïste, effrayé, contracté, insatisfait et confronté à ses craintes et à ses ignorances, se fait minuscule et peut-être même un peu silencieux. 

Au cours de ce processus on n’oublie pas que les noeuds lunaires sont événementiels, car associés à la matérialisation de la pensée. Les tendances psychologiques dont nous parlons ci-dessous se manifestent facilement en expériences tangibles, bien souvent capables d’influencer la destinée. 

Vénus et Ketu (jusqu’au 15 janvier)

Passant le portail de Ketu, Vénus nous mène à la venia, « le cadeau gratuit des dieux » : la déité (un terme à comprendre en dehors de toute identité culturelle ou conditionnée) se range de notre coté si nous la séduisons en menant nos vies dans la bonne direction. Attention, il ne s’agit pas d’échange commercial, nous ne parlons pas de bons points attribués pour notre moralité ou notre bonne conduite ! La magie du monde se laisse séduire par la légèreté, les sourires, le laisser aller, la confiance aveugle dans la brise céleste qui nous pousse où elle le doit. Elle se laisse séduire par les regards d’enfants qui continuent à briller jusqu’à la vieillesse elle-même, croyant que tout est possible, non par des raisonnements sèchement analytiques, mais par un ressenti inexplicable du sacré.

La leçon de Vénus et de Ketu passe par le non-attachement. Vénus est indissolublement liée au plaisir, à la sensualité, à toutes les sensations agréables autour desquelles nos pensées tournent inlassablement, à défaut de trouver un sens profond à la vie, ce processus nourrissant l’attachement et la peur. L’on profitera de cette période pour méditer sur la façon dont la recherche du plaisir s’infiltre partout où nous cherchons inconsciemment à être récompensés, même dans le cadre de la poursuite spirituelle. 

Il ne s’agit certes pas de renoncer au plaisir, lequel est vital pour le corps, le coeur et l’esprit, mais de comprendre pourquoi nos pensées s’en emparent puis ne cessent de le remâcher ou de l’anticiper, nous éloignant ainsi de l’instant présent tout en alimentant la peur de perdre ce que l’on a ainsi que celle de ne pas obtenir ce que l’on veut. Ainsi, par le biais de Ketu, Vénus peut-elle nous mener à la joie, plus vaste et plus riche que le plaisir, mais impossible à provoquer par la pensée. 

Attention, Ketu reste le noeud lunaire de la compulsion : comme déjà expliqué, c’est d’une conquête qu’il s’agit. La manque de vigilance provoquera les travers vénusiens, c’est-à-dire la recherche compulsive du plaisir avec les aléas de peines et de souffrances que ces comportements génèrent. 

Vénus et Neptune (jusqu’au 21 janvier)

Et si, dans l’intimité de nos poitrines agrandies par le détachement, Vénus passe avec succès le portail de Ketu, la venia prend alors le nom de Neptune (2) : la beauté de la vie (Vénus), que nous portons en nous, s’unissant naturellement aux espaces riches et mystérieux de l’au-delà de la pensée, par le biais d’une empathie totale (Neptune), nous permettant peut-être, ne serait-ce qu’un instant, de toucher du doigt cette promesse que nous recherchons toutes et tous, consciemment parfois mais le plus souvent inconsciemment, qui est celle de la dissolution du moi, seule façon d’emplir le monde et d’être empli par lui simultanément (3).

Cependant, également lié aux mensonges, à la propagande et à la désinformation, Neptune, digérant mal Vénus et Ketu, risque d’en faire tomber plus d’un dans la recherche compulsive de l’union responsable de nombreux maux, qui ne concernent pas que les couples mal assortis, car la souffrance de se sentir séparé nourrit l’humanité d’illusions et d’identifications, mécanismes menant entre autres au racisme, au nationalisme (forme exacerbée du tribalisme), aux idéologies destructrices ou aux guerres de religions. 

Le piège a pour nom sentimentalité, c’est-à-dire un attachement aux sensations émotives qui n’a pas grand chose à voir avec l’amour. Si l’on n’y prend garde, Ketu incompris, c’est-à-dire compulsif, déclenche la négativité de la conjonction Vénus/Neptune qui associe l’amour (Vénus) à la souffrance (Neptune), par le biais de la jalousie, des mensonges, des dissimulations et de la trahison. 

Cette triple conjonction Ketu/Vénus/Neptune reste bien entendu une excellente promesse, capable de se matérialiser chez celles et ceux capables d’explorer les profondeurs de leur être, non pas dans la quête d’un plaisir égoïste, mais dans le but naturel, quoique non prémédité, de côtoyer les sommets de la destinée humaine par le biais de l’ouverture du coeur, une des voies d'accès au nectar d'immortalité

Mars et Neptune (jusqu’au 13 janvier)

Mars quant à lui, quoique prenant ses distances d’avec Ketu (4), reste conjoint à Neptune jusqu’au 13 janvier. L’astre de l’énergie et de l’action joue ainsi son rôle dans ce qui précède, car ou bien les deux astres se combattent et l’environnement (Neptune) souffre sous les menaces agressives de Mars, ou, par le biais de la réflexion, de la compréhension et de la compassion, Mars se transmute en héros au service de la collectivité (Neptune). 

Et pour le reste ....

Les configurations, aussi spéciales soient-elles, ne sont jamais isolées. Au contraire, de même que dans un thème natal, elles participent toujours à une structure cohérente, c’est-à-dire chargée de sens et de finalité. C’est une chance qu’en ce moment Jupiter, Saturne et Uranus offrent des possibilités d’expansion de la conscience, de structuration et de révolution, comme expliqué dans 2017, année de contradictions), soutenant ainsi Mars dans sa capacité à servir plutôt qu’a agresser et pavant ainsi la voie pour Vénus dans son parcours initiatique de Ketu à Neptune …. 

Citons Pluton pour terminer, lequel visité par le Soleil jusqu’au 19 janvier, alors qu’Uranus et Jupiter lui adressent un long carré, tend favoriser le matérialisme dans la recherche des sensations intenses et donc du plaisir dont il a été question. Sous son égide le moi tend à s’épaissir, favorisant les comportements dominateurs. 

Mais l’énergie de Pluton, l’alchimiste capable de transmuter la matière, peut également, comme celle de Mars, être utilisée pour servir la collectivité. Ici se situe le libre-arbitre, qui comme souvent répété dans ce blog existe bien, quoiqu’il ne soit pas offert sur un plateau mais doive être conquis, de même que le détachement et la paix du coeur dont il fut question dans l’introduction.



(1) Une pensée pour la mystique Marguerite Porète, brûlée vive par l’inquisition du XIIIe siècle, qui écrivit  « Le Miroir des âmes simples anéanties et qui seulement demeurent en vouloir et désir d'amour ». Marguerite Porète appartint au courant du Libre-esprit, libre dans le sens de vacant pour recevoir la divinité, qui professait que l’amour compte avant toute chose, tant dans la quête spirituelle que dans les relations charnelles. 

(2) « Malgré son nom de dieu romain masculin, Neptune est entièrement féminin dans sa nature (réceptive, passive, enveloppante, fusionnelle), ses comportements (sinueux, souples, conciliants, diplomatiques) et ses orientations (artistiques, émotionnelles, mystiques). (…) Les références mythologiques ont leurs limites : en sus des riches analogies qui les associent, les astres possèdent bien plus de significations et de profondeurs que les anciens dieux auxquels ils donnèrent naissance dans de nombreux cas et non l’inverse. La Vénus spiritualisée par exemple, en relation avec la venia des Romains, la Lakshmi hindoue ou « la grâce de Dieu » des Chrétiens n’a pas grand-chose à voir avec la perfide Aphrodite, pas plus que Mars le guerrier intérieur capable d’affronter ses peurs, ne ressemble au lourdaud Arès ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les fondations de la pensée, Neptune)

(3) Telle est la quête universelle neptunienne : ne cherchons-nous pas chacun à son niveau, selon ses goûts, ses talents et sa culture, cette dissolution dans l’alcool ou la toxicomanie, dans la foule surexcitée des concerts ou des évènements sportifs, dans la musique, la littérature, la danse, le sexe, le sport, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou encore dans le jeûne, la prière, la méditation et les austérités?

mercredi, décembre 28, 2016

Mars, Ketu et le guerrier intérieur


Le fier et belliqueux Mars pourvoit les natures fortes de courage guerrier et les faibles d’un tempérament bilieux et querelleur. 

C.G. Jung dans « Paracelse »


L’idéal du héros solaire dont il fut question il y a quelques jours dans Noël ou la fête du héros solaire, n’est pas hors d’atteinte : le héros solaire représente celui ou celle qui n’hésite pas à explorer les régions obscures de son être et à y affronter le dragon de la peur, notre ennemi héréditaire. Il est celui qui non seulement brise ses chaînes, mais assume sa part de la destinée collective, car se libérer soi-même c’est aussi libérer les autres. 

Pour emporter ce combat qui se poursuit depuis la nuit des temps, Mars (l’énergie et la bravoure), nous est indispensable. Mais il ne gagnera pas seul. En sus des qualités solaires (lumière, noblesse du coeur), la victoire nécessite de la subtilité (Mercure), de la beauté intérieure nourrie par l’amour (Vénus), une vaste expansion de la conscience (Jupiter), une force mentale affirmée (Saturne), une perception pénétrante de la vérité (Uranus), de l’empathie positive (Neptune) et l’art de la transmutation (Pluton). 

Reste la Lune (le filtre des mémoires qui alimente la peur et la recherche de la sécurité) et ses noeuds (la matérialisation des mémoires, des désirs et des attachements). Ensemble ils symbolisent le contenu des couches superficielles et profondes de nos esprits, là où l’essentiel se joue et où le héros solaire a capacité à libérer le monde de la colère, de la crainte, de la frustration et de l’insatisfaction. 

La peur reste hélas souvent la plus forte et Mars se transforme en brute, à des années lumières du héros. Résoudre, intégrer Mars, c’est le transformer en serviteur. C’est offrir sa force aux plus faibles, c’est faire preuve d’esprit chevaleresque. C’est peut-être, surtout, cultiver la non-violence qui n’est pas une opinion religieuse, philosophique ou politique. La non-violence est d’abord l’art de ne pas se battre contre soi-même. Car comment lutter contre la violence lorsque celle-ci règne dans nos esprits  et dans nos coeurs (1)?  

Ainsi la non-violence est l’expression accomplie de Mars, le guerrier intérieur qui affronte ses craintes et sert ses semblables. 


Mars, Ketu et l’assassin

Dans l’article intitulé Les fêtes à l’ombre de Mars et Ketu, il a été question de l’extraordinaire violence qui se manifeste régulièrement dans le cadre de leurs conjonctions. L’on n’est donc pas surpris, mais l’on en reste quand même rêveur, de constater que le thème de Mevlüt Mert Altintaş , l’assassin de l’ambassadeur de Russie à Ankara, comporte une conjonction serrée (1°18’ d’orbe) de Mars et de Ketu …. 

Nous n’entrerons pas dans les détails, d’autant que nous ne possédons pas son heure de naissance, mais en peu de mots tout est là :  

Mevlüt Mert Altintaş, né le 24 Juin 1994 à Söke, Turquie

- L’opposition Mars/Pluton (destructrice et autodestructrice), conjointe à l'axe des noeuds lunaires (matérialisation d’évènements), souligne les compulsions violentes (Mars/Ketu), possiblement instrumentalisées par des organisations obscures (Rahu/Pluton) (2).

- Mercure combuste, rétrograde, au parallèle de Vénus et opposé à la Lune indique un désordre de la pensée, ainsi que des choix soumis à un moi captif de ses émotions et de son orgueil. 

- Le quinconce Vénus/Saturne évoque des frustrations chez cet homme marqué par des préoccupations mentales liées à l’affectif, au plaisir et à la sensualité (Lune parallèle à Vénus et Mercure, Vénus au carré de Jupiter) et à un désir sexuel exigeant (Mars opposé à Pluton).

- Jupiter au trigone du Soleil, de même que Mars au trigone d’Uranus et de Neptune indiquent un sens de la justice prononcé ainsi que le désir d’être un héros : par le biais de la Lune conjointe à Neptune (vulnérabilité à la propagande, souffrance mentale), il était facile de manipuler ce garçon qui n’avait jamais que 22 ans. 

- Une heure de naissance précise permettrait de confirmer (ou non) le parallèle de déclinaison Lune/Mars/noeuds lunaires, indiquant dans ce cas de possibles traumatismes vécus pendant l’enfance et renforçant la nature violente du thème. 

On ne doit pas conclure de ce bref survol que son destin était joué : l’opposition Mars/Pluton était difficile, mais elle offrait la possibilité de vaincre la peur par le biais des nombreux trigones et sextiles, lui permettant au contraire de devenir un véritable héros plutôt qu’un assassin.  

Mars, Ketu et le guerrier intérieur

Comme expliqué dans Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu, la période dangereuse n’est pas achevée (le 4 janvier au mieux!). On se doit donc d’être prudent : cela signifie-t-il ne pas sortir, éviter les rassemblements et les supermarchés et vivre dans la crainte? pas du tout, d’ailleurs la sécurité objective n’existe pas. Cela n’empêche pas, évidemment, de surveiller notre relationnel comme jamais, afin de ne pas laisser l’agressivité empoisonner l’atmosphère collective. De même soyons vigilants dans nos activités quotidiennes, particulièrement au volant, car les risques d’accident sont démultipliés. 

Mais l’essentiel se passe à l’intérieur, car nous sommes tous, collectivement, marqué par cette rencontre de Mars et de Ketu (la violence compulsive), d’autant que Neptune (l’empathie collective) est de la partie. 

Cette violence ne tombe pas du ciel, comme pourraient le formuler des détracteurs de l’astrologie, mais naît de nos préoccupations mentales tendues par nos difficultés, nos habitudes nocives, nos frustrations et ainsi de suite. 

Les compulsions liées à Ketu prennent naissance dans les profondeurs de nos inconscients, ainsi que dans les attachements, les colères, les anxiétés et les insatisfactions que représente Rahu. Soyons donc attentifs, prudents à ne pas laisser nos tourments trop envahir nos esprits, car nous leur permettons alors de déborder sur la conscience collective et de nourrir ceux d’entre nous, terroristes, dictateurs, financiers égotistes et politiciens corrompus, capables des pires cruautés. 

On essaiera au contraire de réaliser que Ketu n’est pas que compulsion (3). A partir du moment où la conscience se dégage un peu de ses désirs triviaux et cesse d’être captive de la peur, Ketu représente la quête spirituelle authentique, c’est-à-dire la recherche, la découverte et l’exploration des mondes de l’au-delà du mental. 

Chacun d’entre nous, de part notre inattention, sommes « responsables » des effets pervers de cette configuration. Chacun d’entre nous la nourrissons. Et inversement, lorsque nous sommes alertes, éveillés, vigilants à ne pas laisser cette violence intérieure, cette colère s’emparer de nous, nous nous approchons d’une véritable non-violence et matérialisons ainsi ce que Mars et de Ketu ont de meilleur : le service du bien. 



(2) Ne pas en conclure hâtivement que le responsable soit Fethullah Gülen, ainsi que l’accusent les autorités Turques. Rahu s’associe à toutes sortes de convolutions secrètes et de plans retors, alors que Pluton symbolise les pouvoirs cachés, les puissances financières et les exercices de manipulation. 

(3) « Associé au retrait, aux mystères du passé, à l’ascèse et à la rigueur, Ketu est inséparable du détachement et de la quête spirituelle. Les épreuves transformatrices, les compulsions irrésistibles, les craintes inexplicables, la contraction mentale, la confrontation à la douleur, le doute, l’isolement et la séparation se rattachent à ses aspects. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires).

samedi, décembre 24, 2016

Noël et la fête du héros solaire (2)


Cet article à propos de Noël et du héros solaire est paru l’an dernier.  Nous traversons ces jours-ci une période d’intenses perturbations, dues entre autres aux noeuds lunaires (lire Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu). Les noeuds sont liés aux éclipses : une éclipse est un obscurcissement de la lumière qui permet aux couches les plus sombres et les plus tourmentées de la conscience collective de se matérialiser sous forme d’évènements douloureux. Dans ces périodes troublées les qualités solaires que sont la noblesse du coeur, la loyauté, la droiture, la générosité, l’idéalisme et la force d'éloigner les ténèbres, sont plus que jamais nécessaires à cultiver. 

Joyeux Noël!


« Kabîr dit : la Lumière a brillé dans mon esprit,
quand j'ai reconnu le Soleil à son lever ! »  

Noël ou la fête du héros solaire

Il a plusieurs fois été question de Noël, indissociable du solstice d’hiver, sur ce blog (1). Bien avant l’ère chrétienne, cette fête solaire était célébrée par de nombreuses civilisations. Le soleil s’en retourne vers le nord et met fin à cette époque sombre que les Hindous, natifs il est vrai de l’hémisphère nord, appellent la nuit des Dieux. La journée des Dieux commence alors, période propice aux « pèlerins d’orient » selon l’expression de Hermann Hesse, qui désignait par là celles et ceux dont la vie est un voyage en quête de compréhension et d'illumination.

Ainsi, qu’il s’agisse de Jésus, d’Horus le faucon solaire, de Mithra (le Soleil invaincu), ou d’autres divinités « nées » à cette époque particulière de l’année, c’est de la fête de la renaissance du Soleil, le principe de lumière qui illumine l’univers, dont il s’agit. Au-delà des croyances naïves, du romantisme des dieux anciens, des prophètes et autres avatars, ces célébrations s’adressent d’abord à l’être humain dont le Soleil symbolise le coeur, là où « siège » la divinité. Il s’agit de fêter ce qu’il y a de meilleur en lui, c’est-à-dire le héros solaire, appelé de toute éternité à explorer et conquérir les secrets de la vie et de la conscience, plutôt que de mener une existence terne et étroite, soumise à la crainte et à l’ignorance.

L’émergence du héros solaire  

Si l’astrologie est capable de mener à bien l’exploration détaillée des multiples tendances, orientations fondamentales, talents ou défauts de la personnalité avec une précision insoupçonnée des profanes, si elle sait délimiter les périodes fastes et moins fastes que nous traversons, si elle nous apporte sans cesse de l’aide par d’essentielles leçons de vie, sa fonction centrale est de favoriser l’émergence du héros solaire chez l’individu, soit-il homme ou femme, c’est-à-dire de lui permettre d’emprunter la voie céleste personnelle, unique,  inscrite dans son thème. 

Le héros solaire, qui personnifie l’idéal de tout être humain, a bien entendu besoin de la Lune (la mère), de Jupiter (le protecteur), de Mars (la force) et ainsi de suite pour tous les astres, mais il est avant tout enchâssé dans l’astre qui règne sans partage sur la vie : le Soleil. 
On oublie parfois les significations profondes de l’astre-roi, peut-être trop attaché au signe zodiacal de naissance. L’on est Bélier, Gémeaux ou Capricorne parce que le Soleil transite ces signes à la naissance, mais celui-ci signifie bien plus que cela : 

« Le Soleil est l’éclat d’étoile, le feu, la parcelle de lumière et d’éternité enchâssée à l’intérieur de notre poitrine, qui oriente et entraîne vers l’accomplissement de soi : qu’est-ce que cela signifie ? Que l’être humain ne se contente pas de pain. Dès que les conditions socio-économiques le permettent il cherche à se réaliser, à vivre ses rêves, à atteindre un idéal qui lui est propre. Il aspire à profiter de la vie, à disperser les ténèbres de l’ignorance et de la peur, à se perpétuer et à toucher à sa façon l’immortalité. (…) Sa lumière personnifie une éventuelle finalité de la vie et de l’univers, ou encore une cause transcendantale à leurs manifestations ». (2)  

A observer l’état catastrophique de notre Terre, à la lumière ou plutôt à l’ombre des comportements absurdes et tragiques qui détruisent le monde de la nature, des animaux et des êtres humains, quand les nations et les individus qui les composent se déchirent dans la poursuite du chacun pour soi, il est sans doute bon, alors que des milliards d’individus fêtent la Noël et donc le Soleil sans même le savoir, d’exalter les qualités principales associées à cet astre :  la droiture, la noblesse du coeur, la loyauté, l’idéalisme et la générosité. Ce sont là des lumières intérieures capables de disperser les ténèbres qui règnent sur nos esprits et qui donc, forcément, assombrissent le monde.

« Nous sommes toutes et tous des héros solaires plus ou moins déchus. La lumière, la liberté, l’intelligence et l’amour sont les objets de notre quête mais nous peinons à les atteindre et nous abandonnons, la plupart du temps à cause des circonstances adverses collectives ou personnelles, des obstacles, de la malchance, de la peur et des multiples pièges de la vie. Trahissant alors nos idéaux, nous cherchons leurs reflets tronqués dans les jouissances matérielles, le succès et la domination, chacun à sa façon et selon ses moyens. Un Soleil épanoui, fidèle à sa nature parcourt sans crainte le sentier céleste dont on a parlé, ce chemin qui traverse le thème et mène à la réalisation de soi ». (3)

(1) Voir Noël et l’astrologie et Noël et le Soleil intérieur

(2) L’astrologie et la mécanique de la pensée

(3) Ibid.

lundi, décembre 19, 2016

Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu


Alors que je boucle cet article j’apprends l’assassinat de l’ambassadeur Russe en Turquie!! Erdogan dont je parle tout à la fin est bien sur la sellette. 

L’astrologie est un art, l’on interprète un thème astral comme on interprète un thème musical. Ses mystères, sa beauté, le sens du merveilleux et parfois la crainte révérencielle qu’elle nous inspire, sont bâties sur des millénaires d’observations et de conclusions. Ces investigations permirent, lentement, patiemment de déterminer les analogies associant Vénus au plaisir et aux sensations agréables, Saturne aux obstacles, à la profondeur et à la patience ou Mercure au langage et à la structure de la pensée. Elles nous apprirent également à associer certaines configurations astrales avec des « éventualités » évènementielles, constituant ainsi la branche prévisionnelle de l’astrologie. Celle-ci est cependant sujette à caution car difficile à employer, nécessitant de manier l’art et la science avec une même maîtrise. Il s’agit pourtant de pur empirisme : si, répétée un certain nombre de fois dans le passé, la même configuration astrale correspond à autant, ou presque, de répétitions d’évènements de même famille analogique, il est raisonnable de conclure que sa prochaine occurence pourrait signaler la matérialisation d’un évènement lui correspondant. 

L’important, cependant, est de ne pas oublier le conditionnel, ni le « presque » : d’abord parce que les cieux n’offrent jamais exactement les mêmes configurations. Ensuite parce que l’astrologie est trop liée, mystérieusement d’ailleurs, à la conscience humaine, pour qu’elle soit jamais une science dure et donc entièrement fiable dans ses prévisions d’évènements précis. Ces points fondamentaux sont à garder en tête dans tout essai prévisionnel, ce qui, une fois n’est pas coutume, constitue la fondation de cet article.   

Les dates

Mars entre en Poissons et entame sa conjonction à Ketu ce 19 décembre 2016. Elle s’achèvera le 4 janvier 2017 (environ). On peut dors et déjà le considérer également conjoint à Neptune et cela jusqu’au 11 janvier. Avant d’examiner ce que ces conjonctions, tout spécialement celle de Mars et de Ketu, pourraient signifier (insistons sur le conditionnel), jetons un coup d’oeil sur le passé récent et un peu moins récent. 

Mars et Ketu le 13 novembre 2015

Il a été plusieurs fois question dans ce blog des effets dangereux associés aux aspects tendus, principalement aux conjonctions (en admettant 6°à 8° d’orbe de précision), associant Mars aux noeuds lunaires. Ce fut le cas dans le billet intitulé Le temps du dragon, publié quinze jours avant les attentats de Paris, alors que Mars entamait une conjonction avec Rahu : 

« Comme du 11 au 27 novembre (2015), Mars se lie simultanément aux deux nœuds lunaires par l’intermédiaire d’un parallèle de déclinaison, tout le mois de novembre est concerné par ce qui précède. A partir du 11 cependant, Ketu joue de sa nature compulsionnelle qui s’avère souvent dangereuse avec Mars, décuplant les risques de violence. (….)Ces tendances mondiales, ressenties par des milliards d’individus, sont causes d’intensification du nombre d’accidents, de violences et d’actes terroristes dont les médias se font le relais ». 

Tragiquement, le 12 novembre 2015 Beyrouth fut secoué par deux attentats (1) et le 13 ce fut au tour de Paris (2), alors que Mars transitait à 0°34’ de la Balance et Rahu à 29°42’ de la Vierge (moins d’un degré d’orbe). 

Il ne s’agissait pas d’une prédiction, mais de la simple constatation que les conditions étaient réunies pour qu’aient lieu un ou plusieurs évènements très violents (Mars) dont la planète entière parlerait : car si la violence et la brutalité s’exercent de façon permanente, l’on doit faire entrer, par le biais des noeuds lunaires, la notion de témoignage dont il a également été question à plusieurs reprises (3). 

Mars et Ketu dans un passé récent

- Le 11 septembre 2001 à New York, Mars transitait à 1°26’ du Capricorne, en conjonction serrée à Ketu situé à 3°06’ du même signe. A 28°05’ des Gémeaux, la Lune en opposition était conjointe à Rahu à 3°06’ du Cancer. 

- Le 22 juillet 2011 le norvégien Anders Behring Brevik assassinait 77 personnes. Mars était situé à 21°59’ des Gémeaux et Ketu à 21°34’ du même signe. 

Ce sont là deux des évènements tragiques des plus médiatisés et des plus marquants de ce XXIé siècle encore jeune. D’autres dates impliquant Mars et Ketu soulignent les mêmes associations (le 17 juin 2008 à Bagdad, les 11 et 16 mai 2013 respectivement en Turquie et en Afghanistan par exemple). 

Si les conjonctions Mars/Ketu ne doivent pas uniquement être interprétées dans leurs relations à la violence, étant aussi liées au dépassement de soi, au goût de l’aventure et de l’exploration, à la conquête de la peur et à la compréhension de la non-violence dans le sens du renoncement que signifie un Ketu intégré au Mars guerrier, on réalise combien elles se montrent régulièrement dangereuses.  

Au XXe siècle, l’attentat de Sarajevo et l’invasion de l’URSS par l’Allemagne nazie 

- L’attentat de Sarajevo est sans doute le plus dévastateur de l’histoire, puisqu’il servit de prétexte au déclenchement de la première guerre mondiale : le 28 juin 1914, à Sarajevo, un peu avant 11h00, l’archiduc François-Ferdinand et son épouse la duchesse de Hohenberg sont assassinés par Gavrilo Princip, membre d’une mouvement nationaliste yougoslave (peut-être) téléguidé par des organisations plus obscures. Mars est situé à 1°19 de la Vierge, la Lune à 5°40 et Ketu à 8°57 de ce signe. (4) 

- Le 22 juin 1941, date de l’invasion de l’union soviétique (Verseau/Poissons) par l’Allemagne nazie (Bélier), Mars et Ketu sont conjoints, respectivement à 23°54 et à 27°03 des Poissons. (5)

La conjonction de Mars et Ketu du 19 décembre 2016 au 4 janvier 2017

Ainsi, nous constatons que comme  en novembre l’an dernier, les conditions astrales renforcent sérieusement les risques de violences, d’accidents et d’attentats. Il semble pertinent de nourrir quelques inquiétudes pour cette période de fêtes propices aux grands rassemblements. Il est essentiel d’être vigilant, de faire preuve de prudence et de tempérance tant au volant que dans l’ensemble de nos activités physiques et sans doute surtout dans nos rapports humains : les noeuds lunaires sont en relation avec des matérialisations de pulsions, de pensées cristallisées et de contractions mentales individuelles et collectives. 

Pour ce qui pourrait constituer un éventuel attentat, on ne peut s’aventurer à tenter de préciser un lieu quelconque, car les outils astrologiques actuels ne le permettent pas. Les pistes et les hypothèses sont nombreuses. Le signe des Poissons est plus marqué que les autres mais la géométrie céleste n’est pas si simple et l’on ne peut en exclure la Vierge, le Sagittaire et les Gémeaux qui lui sont en opposition et au carré. De plus les signes sont liés à la fois aux villes et aux pays (6).

Comme souvent l’on ne peut que regretter de ne disposer d’aucune structure nationale ou internationale qui puisse financer, centraliser, examiner, comparer et communiquer les recherches et les travaux des astrologues à travers le monde. 

Neptune, Ketu et Mars

En conjonction à Ketu jusqu’à la mi-février 2017, le transit de Mars le concerne lui aussi. 

La conjonction Ketu/Neptune évoque la notion de témoignage (cf. note 3) de la souffrance (Neptune), qui déborde actuellement de nos multiples écrans, entre autres à Alep. Neptune entretient de puissants liens avec l’image et l’empathie, touchant ainsi des milliards de consciences par le biais de la télévision et d’internet : il est vecteur à la fois de compassion authentique et de sentimentalité confondue avec l’amour. Les difficiles aspects plutoniens (voir 2017, année de contradictions) symbolisent le cynisme et l’indifférence des puissants alors que Neptune/Ketu provoque une vague d’empathie qui pourrait, sur le long terme réveiller les consciences : Neptune est l’eau qui vient patiemment à bout de tous les obstacles. On n’oublie pas cependant les liens de Neptune à la propagande lorsque Pluton tire les ficelles dans l’ombre, capable, qu’il s’agisse du Tibet ou de la Syrie, de camoufler des conflits aux enjeux principalement politico-économiques en guerres de libération. 

Dans ce contexte la conjonction de Mars à Neptune (active jusqu'au 11 janvier) possède plusieurs visages :
- La brutalité (Mars) affecte l’environnement (Neptune)
- L’environnement est ressenti comme menaçant.
- La crainte fait réagir violemment
- Des héros (Mars) inspirés par la compassion (Neptune) se révèlent.
- Le guerrier (Mars) se transforme en serviteur de la collectivité (Neptune).

Neptune étant l’astre le plus lié à la conscience collective, chacun, aussi anonyme soit-il, peut agir ne serait-ce qu’en s’interrogeant et en faisant face à ses peurs. Il est plus qu’essentiel de comprendre que la brutalité du monde, que sa souffrance, sont directement corrélés à nos propres guerres intérieures. L’héroïne et le héros ne sont pas forcément des gens de terrain. Ils sont d’abord celles et ceux capables de faire face à la crainte et à l’angoisse, mères de l’avidité et de la violence mentale qui se répercutent dans la conscience collective.  


PS : Recep Tayyip Erdogan et François Fillon

Puisque nous sommes 7 milliards et demi d’humains, l’on suppose que nombre d’entre nous, très majoritairement anonymes, sont personnellement concernés par ces évènements astraux. Recep Tayyip Erdogan et François Fillon, qui ont ces derniers temps faits le « buzz » sur la scène nationale et mondiale et qui sont nés à quelques jours de distance (fin février 1954), ne sont pas des anonymes mais des « célébrités » particulièrement concernées par ces transits. 

Pour ce qui est du français (lire une courte analyse de son thème dans Des vivants et des morts dans le ciel de novembre), il est question d’ennemis secrets, de choix impulsifs, d’illusions et d’identifications néfastes, d’énervement, de colère et de souffrance mentale. La leçon est de servir avant tout et de d’imbiber d’une véritable compassion. 

Marqué au natal par des noeuds lunaires très puissants, Erdogan, l’homme fort de la Turquie, se situe à la croisée des chemins : Ketu situé sur son Soleil pendant encore quelques mois lui offre le choix entre s’enfoncer définitivement dans la dictature, ou au contraire s’élever intérieurement par le biais du détachement. De par la situation géo-politique de la Turquie, son pouvoir est actuellement immense. Mars, Ketu et Neptune peuvent en faire un héros (s’il se transforme en serviteur), ou au contraire totalement assombrir sa nature solaire, ce qui signifie la perte de la noblesse et les risques de se perdre pour toujours, même s’il s’installe durablement au pouvoir. Des risques pour son intégrité physique ne sont pas à exclure.


(1) 43 morts et 239 blessés.

(2) 130 morts et 413 blessés.

(3) « Dans un précédent ouvrage (Entre les anneaux du Serpent, Dervy-Livres 1986), j’avais stressé la notion de témoignage, dans le sens où ils (les noeuds lunaires) manifestent parfois des événements marquants, possiblement choquants, dont on est témoin sans qu’ils nous concernent personnellement, comme un accident impliquant une ou des personnes inconnues, ce qui nous ramène encore une fois aux mystères de la synchronicité. Ceci explique peut-être pourquoi par exemple, certains événements violents très médiatisés, montrent des nœuds lunaires puissamment soulignés par Mars. A l’époque d’internet et du village global, toute la planète devient témoin. »  L’astrologie et la mécanique de la pensée (Chap.7, Les noeuds lunaires)

(4) Le thème natal de l’archiduc (né le 18 décembre 1863 à 7H25 à Graz en Autriche), comporte une conjonction de Mars (0°54’ du Sagittaire, à 2° de la cuspide de la maison XII, les complots) et de Rahu (à 26°10’ du Scorpion). Les noeuds lunaires et Mars y sont en parallèle de déclinaison, faisant ainsi entrer Ketu dans la danse.  

(5) Il s’agit du déclenchement de la campagne la plus meurtrière de l’histoire, environ trente millions de morts, civils et militaires confondus. Fin avril et début mai 1960, lors de la même conjonction dans les Poissons, rien (d’extrêmement marquant) ne se passe, sinon la rupture diplomatique entre la Chine et l’URSS. Par contre, le 28 mars 1979 connut le pire accident nucléaire de l’histoire des Etats-Unis (Mars à 22°09 et Ketu à 16°40 des Poissons).  La dernière fois, il semble que l’évènement le plus marquant ait été l’exécution de Karla Faye Tucker au Texas, première femme en plus d’un siècle à subir ce châtiment. Le retentissement fut international, toujours cette notion de témoignage,  car de nombreuses personnalités américaines et étrangères, dont Jean-Paul II et Romano Prodi, étaient intervenues en sa faveur. Cela déclencha une profonde réflexion chez de nombreuses personnes à propos de la peine de mort. 

(6) En novembre l’an dernier Rahu était en Vierge, qui est le signe de Paris. Mais rien ne s’est passé en Suisse ou en Turquie qui est le signe de ces pays. 



samedi, décembre 17, 2016

2017, l’année des contradictions


Voici venir la nouvelle année et l’on souhaiterait que le cosmos (le monde ordonné), se reflète un peu plus sur le chaos de nos vies et de nos pensées. « Que nous réserve 2017? » demande-t-on aux astrologues avec candeur, ironie ou véritable intérêt. Loin des croyances et des superstitions, beaucoup comprennent que les astres changeants décrivent avec précision nos existences tour à tour sereines ou tourmentées, routinières ou passionnées. Que notre thème astral personnel est notre identité gravée dans les cieux, représentation mystérieuse d’une destinée unique, semblable à nulle autre, confrontant ainsi chaque individu à ses propres singularités. Mais toutes et tous appartenons à cet immense organisme de 7 milliards et demi d’individus que nous appelons l’humanité et dont nous sommes une cellule, ni plus ni moins importante que les autres. Cette appartenance nous soumet à de vastes mouvements collectifs qui affectent nos consciences individuelles, qui à leur tour affectent la collectivité : il est utile de garder à l’esprit que ce que je vis en moi se projette à l’extérieur de moi, car ma conscience n’est pas séparée de celles des autres. Ou pour l’exprimer autrement, que je sois anonyme ou célèbre, faible ou puissant, mes états de conscience déteignent sur le monde et le matérialisent tel qu’il est. 

Saturne et Uranus

La bonne nouvelle de l’année : au trigone l’un de l’autre, Saturne et Uranus sont en grande harmonie jusqu’à Noël 2017, soit une année durant. 

Saturne en Sagittaire (signe de philosophie et de justice), l’astre des obstacles et des réflexions profondes qu’ils génèrent, celui qui nous teste et nous enseigne la patience, la détermination et construit notre force mentale, s’allie à Uranus en Bélier (signe d’action et de concrétisation), l’éveilleur et le révolutionnaire qui représente la perception directe de la vérité : ainsi, dans l’absolu, cet aspect nous permet de changer radicalement et de nous structurer selon de nouveaux paradigmes, c’est-à-dire de nouveaux modèles qui naissent de ces compréhensions. Uranus est lié à l’éveil parfois fulgurant des consciences et Saturne à la profondeur et à la persévérance nécessaire à l’application de ces illuminations soudaines. Cela concerne à la fois la collectivité et les individus, ces derniers par le biais de l’élaboration et de l’application d’une nouvelle philosophie personnelle, à la fois humaniste, sage et pourtant transformatrice dans le bon sens du terme. 

Jupiter et Saturne

Les deux astres sont au sextile depuis la mi-octobre 2016 jusqu’à la mi-mars 2017, puis de la mi-juillet aux premiers jours d’octobre 2017

Propice à l’expansion mentale et à la prospérité matérielle, cet aspect harmonique ajoute l’inspiration, la philosophie, la compassion et les opportunités de changements à la détermination saturnienne, renforçant la probité, l’intégrité, le sens de la justice et généralement le désir d’œuvrer pour le bien de la collectivité. Il évoque l’équilibre, le sérieux, la constance, l’efficacité et la réussite. Il favorise ainsi la vie sociale et économique, le déploiement personnel, les réalisations matérielles, intellectuelles ou spirituelles. 

Jupiter et Uranus

Les deux astres sont en opposition de la mi-novembre 2016, à la mi-avril 2017, puis de la fin août à la fin octobre 2017

Nul doute que cet aspect soit explosif, même s’il amplifie les actions humanistes de « l’éveilleur ». Il alimente les aspirations à de vraies transformations d’une conscience collective inspirée par la réflexion philosophique et la quête de la justice (Jupiter) et illuminée par de nouvelles compréhensions (Uranus). C’est ici cependant que la première contradiction fait son apparition, car l’opposition des deux astres amplifie la tentation de l’autoritarisme des comportements et de la radicalité dans l’action, et comme nous allons nous en rendre compte, les aspects plutoniens manifestent les conditions nécessaires à ces dangereuses problématiques . 

Cependant, pour le moment, si nous nous arrêtons ici dans l’examen du ciel, le bilan est plutôt positif, car la structure Saturne/Jupiter/Uranus est prometteuse : 

- Uranus introduit créativement de nouveaux modèles de pensée et d’action
- Jupiter inspire la pensée collective et offre des opportunités de réalisation de ces modèles dans un cadre de justice et de compassion
- Saturne apporte la détermination, la sagesse et la persévérance nécessaires à une structuration qui doit se déployer sur le long terme. 

Tout paraît ainsi (presque) parfait, mais l’être humain n’est pas uniquement inspiré par l’intelligence. Sans doute parce qu’il fait face à de puissants obstacles intérieurs, qu’il ne semble hélas pas prés de conquérir, sa nature mercurienne (brillante, astucieuse, rusée) étant enténébrée par la peur, l’ignorance et l’avidité, il tend à favoriser ses intérêts personnels envers et contre tout, quitte à massacrer allègrement les cellules de l’organisme-humanité dont il fait partie et à menacer sa propre planète de destruction. (1) Ces contradictions sont particulièrement présentes dans les aspects plutoniens. 

Pluton

- Saturne au parallèle de Pluton depuis décembre 2015 jusqu’en février 2020 (2)
- Jupiter au carré de Pluton de la mi-octobre 2016 à la mi-septembre 2017

En place depuis déjà un an, le parallèle de déclinaison Saturne/Pluton se poursuit tout au long de l’année 2017 et au-delà . Les deux astres s’assombrissent mutuellement, renforçant les notions d’interdits (Saturne) et de transgressions (Pluton). Cette guerre larvée entre le froid Saturne et le cynique Pluton provoque des tourments intérieurs qui nourrissent la crainte, ainsi que la contraction des coeurs, des esprits et des corps. Les conséquences de ces durcissements sont terrifiantes comme on l’a vu dans l’indifférence générale face aux bombardements meurtriers d’Alep, ou aux milliers de migrants qui fuient l’enfer de leurs pays pour se jeter dans un autre chez nous. 

Pendant ce temps, Jupiter au carré de Pluton aggrave les soifs de jouissance et de sensations, nourrissant les différentes avidités mais également les frustrations et les insatisfactions, vu les réticences saturniennes. L’écart conflictuel entre Jupiter (l’altruisme et la générosité) et Pluton (le profit et la manipulation) se fait manifeste. Les implications sont subtilement obscures avec des grilles de lecture complexes : le sentiment d’injustice par exemple (Jupiter), est instrumentalisé par les puissances officielles ou cachées qui en sont responsables (Pluton), encourageant le repli sur soi (Saturne), des individus et des nations, ainsi qu’un autoritarisme et une radicalité (Uranus) renforcés. 

Les aspects tendus étant toujours métamorphosables, simultanément, Jupiter (le sens de la justice), encourage les puissances financières (Pluton), à une plus juste répartition des biens, alors que Saturne (le sage), réclame plus de probité dans les structures et de tempérance dans les comportements. L’on espère que le trigone Uranus/Saturne jouera dans ce sens, puisqu’il est censé développer l’intelligence, mais on n’ignore pas que les consciences du XXIe siècle sont très érodées par le matérialisme. Les moi, les milliards de moi, sont épaissis, engourdis, désenchantés, ignorants et oublieux des finalités profondes de l’existence et le premier (ou le seul) travail est de les réveiller. 

Uranus

Uranus au carré de Pluton de la mi-novembre 2016, à début-mai 2017 (3)

L’éveil du moi est la fonction d’Uranus qui nous l’avons vu, travaille en ce sens avec Jupiter et Saturne. Dissous en juin et enterré un peu vite, son long carré à Pluton s’est reformé en octobre (à peine 4° d’orbe cette mi-décembre 2016), déjà au prise avec Jupiter et Saturne lui aussi, mais de façon plus ardue, ce qui explique les durcissements des opinions et des politiciens ces derniers mois. Le carré Uranus/Pluton, outre qu’il pervertit l’esprit de renouveau (Uranus) dans toutes les directions (du matérialisme spirituel à la corruption des « révolutionnaires »), met également l’accent sur les sombres manipulations exercées par le biais d’internet et de la sphère informatique (Uranus). 

« Pluton éveille les facettes les plus négatives des astres qui lui sont opposés. S’agissant d’Uranus, le caractère tyrannique et la recherche du surhomme sont renforcés et mettent la quête de la vérité en danger. S’agissant d’astres lents, le combat est à la fois personnel et générationnel et pour l’emporter, il faut savoir remonter le courant collectif à la manière uranienne, c’est-à-dire échapper aux archétypes triomphants que sont les pièges du matérialisme et du règne de l’intérêt personnel dans lesquels il est facile de sombrer ». (4)

Ce carré, à condition d’être transmuté, indique une voie possible et s’il affecte la conscience collective, il ne tient qu’à nous de l’utiliser favorablement. Les deux astres sont unis par le biais du Scorpion :  Uranus, qui s’y trouve exalté, y représente la pénétration lumineuse de l’oeil intérieur dans les obscurités de la conscience. Pluton est le maître de ce signe associé à la mort, à la sexualité et aux processus obsessionnels de la pensée. Liée à ces principes, la peur, responsable de tant de maux, doit être placée au centre de nos explorations, car Pluton négativement aspecté (ce qui est actuellement le cas) s’associe à la crainte et aux nuits les plus sombres de nos consciences.  

Transmuter Pluton

L’objectif astrologique majeur de 2017, est de permettre à Pluton de participer pleinement à la transformation nécessaire de nos sociétés et de nos moi, en s’alliant à Uranus, Jupiter et Saturne : 

« L’aboutissement réussi du processus plutonien, la libération totale de la peur, n’est pas facile à achever. Elle passe par la mort qui avant d’être celle du corps est celle de la pensée. Dans ce contexte, l’astre des enfers n’offre pas l’immortalité de l’enveloppe physique mais celle de l’esprit. Le défi plutonien consiste à libérer une énergie cachée, intense, suffisamment puissante pour changer le monde, sans que le corps ni l’esprit, et accessoirement la société, ne se transforment en champs de bataille ». (5) 

Neptune et Ketu  

Pour le moment élargi à 7° d’orbe, le sextile élastique de Neptune à Pluton reste actif, alimentant les transformations fondamentales vécues par la population (Neptune) du globe. On doit réaliser que si cet aspect, malgré les rigueurs auxquelles nous faisons face, nous protège du pire (un conflit nucléaire par exemple), il ne durera pas toujours et qu’il nous faut, vraiment, transformer la civilisation avant qu’il ne se défasse et se transforme en carré dans les années 2050, ce qui n’est pas si éloigné. 

Jusqu’à la mi-février 2017 Ketu reste proche de Neptune en Poissons, signe mystique s’il en est. Profitons-en car c’est une opportunité rare, la prochaine rencontre Ketu/Neptune se fera en 2033.  Cette conjonction ouvre un portail mystérieux associé à « la descente de l’intelligence dans le coeur », pour celles et ceux qui désirent sincèrement explorer l’au-delà du mental. Les configurations formant un tout, on comprend que la voie n’en sera que plus facile si nous savons user de Jupiter et de Saturne, d’Uranus et de Pluton avec intelligence : 

« Les strates profondes de la conscience collective ressentent un fort besoin d’appartenance, parfois traduit par un réveil du « mysticisme », c’est-à-dire du désir de la dissolution du moi dans une dimension éternelle inaccessible à la pensée. Cette rencontre a des effets très différents selon le niveau de conscience de chacun. (….) Au mieux destruction des illusions par l’intelligence, expériences et «sensations » empathiques et spirituelles authentiques, sentiment d’appartenance et compassion accrues. Dans tous les cas possibilités d’évènements étranges et mystérieux » (6)


(1) Il serait naïf ou mensonger, voire criminel de fermer les yeux. Le récent massacre des habitants d’Alep, la folie meurtrière de l’Etat Islamique, l’accroissement des nationalismes, la destruction continue de l’environnement, les deux cent milliards d’animaux exécutés par an pour l’alimentation humaine, les océans qui s’empoisonnent, les ressources d’eau douce qui se tarissent, l’arrivée au pouvoir d’une équipe dangereuse aux commandes du pays le plus puissant du monde, le triomphe global des dictateurs et des populistes décrivent une situation délétère qui risque bien d’empirer.  

(2) Le parallèle de Saturne à Pluton imbibe des années durant la toile de fond du psychisme collectif. Il nourrit entre autres nombre de tourments intérieurs liés aux interdits (Saturne) et aux transgressions (Pluton), que l’on cherche à régler de différentes façons, par la censure ou la permissivité, par la discipline conflictuelle ou le libre cours au pulsionnel, selon les conditionnements personnels et collectifs qui sont les nôtres. La voie correcte, qui est celle du milieu, passe par l’observation dénuée de jugement, la discipline libre de tout conflit et la liberté à la fois intelligente et respectueuse de soi-même et des autres. 
« Des anxiétés, des fantasmes, des obsessions et des conflits souterrains sont provoqués par un affrontement entre la morale, la discipline et les obligations sociales et le pulsionnel. La force mentale (Saturne) tente de contrôler l’intensité du désir (Pluton). Des craintes profondes et des conditionnements sociaux concernant la sexualité et la mort fascinent, tourmentent et obsèdent la pensée qui affronte des contraintes et des suppressions, des tabous et des interdictions parfois héréditaires ou partagés par toute l’humanité. (….) Possible matérialisme, quête patiente de l’enrichissement, de la domination et de la réussite. » Extrait de L’astrologie et la mécanique de la pensée (Saturne/Pluton en aspects dissonants)

(3) Le carré Uranus/Pluton réapparaitra une dernière fois de début janvier 2018 à la mi-mars de cette même année.

(4) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Uranus/Pluton en aspects dissonants) 

(5) Ibid. (Pluton, l’alchimiste). 

samedi, novembre 26, 2016

Des vivants et des morts dans le ciel de novembre


Deux célébrités nous quittent : David Hamilton et Fidel Castro. La mort est toujours une interrogation: tous deux ont peut-être eu le temps de s’interroger sur leurs existences, sur leurs actes, sur ce qu’ils ont fait de ce miracle mystérieux qu’est la vie. En observant leur thème on se dit que s’ils connurent la célébrité, ce n’est peut-être pas pour autant qu’ils se réalisèrent …


David Hamilton le 15/04/1933 à Londres (heure de naissance inconnue).

Le photographe octogénaire obsédé par les toutes jeunes adolescentes s’est suicidé après qu’on apprenne qu’il abusait de certaines d’entre elles. Constatons que Neptune, actuellement à 9°15 des Poissons s’oppose à son Neptune natal à 7°41 de la Vierge : une situation qui interroge alors que les noeuds lunaires de naissance s’inscrivent à 5°22 des Poissons (Rahu) et de la Vierge (Ketu conjoint à Neptune). Le plus étonnant est l’inversion actuelle de cet axe: Rahu est à 8°10 de la Vierge, conjoint à son Neptune et Ketu à 8°10 des Poissons (conjoint au Neptune céleste). Ainsi marqué par les noeuds, Neptune, astre de la photographie, lié à la célébrité, l’empathie, la communion, mais aussi à l’illusion, la dissimulation, le mensonge et la trahison, est bien au centre de la vie et de la mort de cet homme. 

S’il nous est difficile, sans heure de naissance et donc sans ascendant, de totalement comprendre les motivations de ses comportements, les noeuds lunaires de naissance offrent de précieuses indications, d’autant que en sus de la conjonction Neptune/Ketu/Mars, ils sont également au parallèle de déclinaison (P) du Soleil et de Neptune : 

Les extraits qui suivent sont tirés de L’astrologie et la mécanique de la pensée. Attention, ce sont des morceaux choisis, qui illustrent la nature cachée du photographe. Souvenons-nous que ces mêmes aspects ont également des connotations positives et que toute personne ayant Mars associé à Ketu n’est pas un violeur potentiel, et que les conjonctions Neptune/Ketu ne font pas forcément des pervers dissimulés (bien au contraire)! 

Ketu conjoint Neptune :   
(….) Épreuves liées à des compulsions nocives, à la culpabilité, à la trahison, à la foi et aux croyances collectives, à la confusion des émotions (….) 

Rahu P à Neptune :  
Élévation sociale, éventuel succès notable par le biais de l’imagination, de l’art, de l’inspiration (…) . Insatisfaction fréquente même quand la réussite est au rendez-vous.

Mars P à Rahu
(…) Une sexualité exigeante et souvent obsessionnelle donne naissance à des circonstances conflictuelles. Au pire on est soi-même un agresseur (…) . Des pensées secrètes, pulsionnelles et coléreuses empoisonnent l’organisme. Colère envers soi-même associée à des craintes, des frustrations et des insatisfactions. 

Mars conjoint à Ketu
Possibles compulsions dangereuses pour soi-même ou pour autrui (…) . La sexualité est exigeante ou compulsive et difficile à satisfaire. 

Soleil P à Rahu
La brillance extérieure dissimule une part obscure. La volonté de droiture et la noblesse solaire sont ternies par des secrets et des dissimulations. Danger de disgrâce ou de chute.

Soleil P Ketu :  
Au pire la volonté affaiblie laisse libre cours à des compulsions qui ternissent la droiture et la noblesse solaire avec des conséquences négatives sur la réputation et l’estime de soi. 

                                                                                   

Flavie Flament, le 2 juillet 1974 à Valognes dans la Manche à 04h50

Le thème de Flavie Flament qui a révélé la première la face cachée de David Hamilton, montre une Vénus en XII (souffrances secrètes dues à l’astre du charme et de la beauté), opposée à Neptune (illusions, association amour/souffrance, douleur d’avoir été trahie et sentiment de culpabilité), ce dernier conjoint à la Lune qui maîtrise l’ascendant (souffrance mentale, psychisme sensible et vulnérable, regrets, illusions perdues … ). Mercure conjoint à Saturne indique de fortes capacités intellectuelles, mais également de mauvais choix concernant ses partenaires (Saturne maître du DS) et un durcissement mental qui peut en résulter. Le carré de ce même astre à Pluton souligne une belle capacité à comprendre les rouages secrets, cachés et parfois inavouables de l’esprit, des instincts et des émotions. Rahu et Ketu sont liés à la Lune (conjointe à Rahu) mais aussi au Soleil et à l’AS par des parallèles de déclinaison.  
« Contact avec le public facilité et propice à la popularité et au succès. (…) anxiétés, mémoires figées ou refoulées et préoccupations secrètes ». (2)

L’axe VI/XII ainsi marqué indique une capacité à servir, à se guérir soi-même (Lune maître de la I en VI) et à guérir les autres en s'élevant (Jupiter, maître d’une grande partie de la VI, culmine en domicile dans les Poissons).



Fidel Castro Le 13 août 1926 à Biran Cuba à 2h00 (heure de naissance controversée)


Vu son âge nous ne chercherons pas des significateurs précis concernant sa mort. 

Le Soleil (la quête de la lumière), maître en Lion, amplifié par l’opposition à Jupiter (la quête de la justice), au carré de Saturne (force mentale puissante mais complexe d’abandon dû à une situation paternelle complexe) et conjoint à Neptune (désir de communion, idéalisme mais relation déficiente au père) fut un homme brave et puissant. (1)

Uranus culminant au parallèle de la Lune, montre une destinée marquée par une élévation soudaine ainsi qu’un mental révolutionnaire. 

Dans ce cadre prometteur, Pluton, l’astre du pouvoir et de la recherche de l’intensité des sensations, est particulièrement intéressant à observer :

- Même sans user de l’AS à cause de l’heure de naissance controversée, on remarque la Lune à son carré : les instincts et la pensée sont particulièrement intenses et possiblement obsessionnels. 

- Vénus parallèle à Pluton renforce l’intensité des sensations qui sont puissamment désirées, avec une propension à détruire la beauté. Il s’agit de se guérir d’une certaine mésestime de soi dans la domination et la séduction, de se faire aimer, même de force … Le goût de la manipulation et les penchants matérialistes sont présents. 

- Rahu, lié aux complots, à la jouissance matérielle, à la peur de perdre ce que l’on a obtenu est conjoint à Pluton, amplifiant les aspects précédents. Cette conjonction nourrit l’archétype du révolutionnaire (Uranus culminant) se transformant en dictateur. Fidel Castro a sans doute crû en l’humanisme (Uranus P Lune), mais l’obscurité plutonienne associée à la colère, à l’anxiété et à l’insatisfaction propres à Rahu s’en sont mêlés. 

« La soif d’expériences et de jouissances matérielles est favorisée, mais jamais étanchée et cause d’insatisfaction. Fréquentations nocives ou dangereuses, désir de réussite exigeant, goût du secret et de l’exercice de la domination, attachement à l’intensité du vécu. Amplification du pouvoir, des craintes et des obsessions. (…) Psychologiquement, spirituellement ou tangiblement, la mort que l’on désire contrôler joue un rôle important dans la destinée. (…)» (3) 


Nicolas Sarkozy, le 28 janvier 1955, Paris à 22h00

Nicolas Sarkozy a été jusqu’au bout fidèle à son thème marqué par Mercure, le maître de l’AS (en charge des promesses du thème par le biais du comportement), au carré de Saturne (l’obstacle, le durcissement mental, les mauvais choix). Cette configuration (partagée avec François Hollande !) est typique de ceux qui se mettent eux-mêmes des bâtons dans les roues, à cause d’une propension marquée à refaire les mêmes erreurs, conséquence d’une vraie difficulté à intégrer ses leçons, d’autant que cette configuration est aggravée par le demi-carré de Mercure à Mars (agressivité verbale, choix impulsifs) et à la Lune (désordre de la pensée). Son joli trigone Mercure/Neptune (l’art de convaincre empathiquement par les paroles) ne fonctionne plus, sans doute parce qu’il fut trop utilisé:   «Les deux astres sont influençables et les talents octroyés œuvrent parfois au service d’aspects plus durs, symboliques de domination et de manipulation » (4)

Nul n’est prisonnier de son thème : Nicolas Sarkozy pouvait sans doute mieux faire en s’appuyant sur son sextile Mercure/Vénus (cultiver la gentillesse) et son quinconce à Uranus (s’orienter vers un humanisme révolutionnaire).


                                                                       
Alain Juppé le 15 août 1945, Mont-de-Marsan à 4h00

Alain Juppé montre une personnalité complexe et bouillonnante, mais dissimulée par Saturne au lever : l’astre lié à la force mentale indique une grande maîtrise de soi mais n’en fait pas un boute-en-train, sans compter la frilosité qui l’a desservi les dernières semaines de la campagne. Associé au temps, Saturne ainsi placé n’aide pas quand on est le plus âgé des candidats.  

Egalement marqué par des parallèles d’Uranus, des noeuds lunaires et de Pluton, l’AS décrit un homme avide de pouvoir et ambitieux (Pluton et les noeuds lunaires), directif (Uranus), mais trop intelligent (Uranus encore) pour ne pas mesurer la futilité de ses ambitions, ce qui peut l’amener à jouer inconsciemment contre son camp : Rahu le pousse au déploiement du moi, alors que Ketu le tire vers le détachement. 

Egalement présente au lever et au parallèle de Mars et de Saturne, Vénus indique un tempérament passionné sous une apparente froideur, ainsi qu’un grand désir d’être aimé. L’AS, Vénus et Saturne au trigone de la Lune en Scorpion décrivent une pensée sérieuse et créative (Lune en V), quoique intense et obsessionnelle (Lune carré à Pluton).

Si l’on ajoute la conjonction Mars/Uranus (radicalité de l’action), au sextile du Soleil en Lion (quête humaniste, loyauté), on mesure la force du thème d’autant qu’on le sait intellectuellement brillant (Mercure en Vierge), même si au demi-carré de Saturne cet astre lui fait encourir des risques de mauvais choix et de durcissement mental. 

La complexité du thème réside dans les nombreux parallèles de déclinaison à l’AS (le moi) et au DS (les associations). C’est le cas de Mars et de Saturne, qui expliquent entre autres des circonstances adverses dues à des mauvais choix associatifs …. Ce problème est renforcé par la conjonction Jupiter/Neptune (accorder sa confiance à des gens qui ne la méritent pas), invitant ainsi la trahison. 

Pour résumer, Alain Juppé est pour beaucoup son propre adversaire : Mars en XII, la maison de l’ennemi secret, au parallèle de l’AS, le moi, et de Saturne (l’obstacle) provoque nombre de difficultés. Le mélange de gentillesse (Vénus), de détermination teintée de recherche sécuritaire (Saturne), de radicalité parfois excessive (Uranus), et de passion et violence intérieure (Mars) n’est pas facile. 

Alain Juppé bénéficie en ce moment d’un trigone naissant de Saturne en Sagittaire à son Soleil, alors qu’Uranus adresse la même figure à partir du Bélier. Il reste ainsi en bonne position malgré les sondages contraires, mais il est sous la menace de Jupiter qui transite au carré de son Saturne : une configuration classique capable de frustrer d’une victoire que l’on croyait acquise. Peut-être est-ce pour son bien? peut-être a-t-il (a-t-on) mieux à faire que de devenir président ? 


François Fillon, le 4 mars 1954, Le Mans à 21h15


La remontée spectaculaire de François Fillon qui stagnait dans les bas-fonds des sondages, correspond très précisément au transit de Jupiter (celui qui favorise), sur son AS (le moi). Si nous ajoutons Neptune (l’empathie collective, l’identification des masses), qui sévit à proximité de ses deux luminaires en Poissons, l’on réalise que les deux maîtres de son signe solaire travaillent puissamment pour lui en ce moment. 

La double nature, naturelle aux Poissons, est ici très marquée

Vénus (la quête des sensations agréables), exaltée, au parallèle de la Lune (les préoccupations mentales) et de l’AS Balance qu’elle maîtrise (le comportement), proche du Soleil (le désir d’être approuvé, de correspondre à un modèle bon et beau), au carré de Jupiter (l’amplification du plaisir et du désir d’aimer et d’être aimé) et au quinconce de Pluton (l’association de la séduction et du pouvoir), décrit un homme charmeur, émotif, marqué par la nécessité de séduire et de plaire. Neptune en première maison renforce la vulnérabilité psycho-émotive, tout en entretenant une perception illusoire du moi par lui-même : celui-ci s’imagine sincèrement être bon et gentil.

Saturne en Scorpion, au trigone du Soleil, de la Lune et de Mercure prouve une force mentale harmonieuse, disciplinée, capable de planifier à long terme. La réflexion est riche et profonde, le moi faisant preuve de retenue et de tempérance, appréciant l’enracinement et la famille (Saturne maître du Fond du Ciel). En Gémeaux, Jupiter en IX montre le goût pour l’étude, l’expansion de la conscience et une spiritualité marquée par la foi et la tradition.

La seconde nature souligne Mars, qui joue un rôle extraordinaire dans ce thème (5). 

- En Sagittaire en III, il parle d’un puissant désir de conquête et de justice soutenu par une certaine rigidité mentale.

- Le carré de Mars au Soleil, à la Lune et à Mercure, contracte la volonté, fait le mental tendu, révolté, coléreux, agressif, instinctif, nerveux et rancunier, excité, impatient, irritable, mordant, impulsif dans ses choix, téméraire mais facilement effrayé, belliqueux … 

- Son opposition à Jupiter amplifie la colère qui s’exprime dans le combat, les croisades personnelles, la compétition, la volonté de s’imaginer être gardien de la vérité ou de la foi (Jupiter en IX). Si Jupiter montre des orientations philosophiques, son parallèle à Pluton favorise les puissances financières, l’ambition et le goût du pouvoir. 

- Le fait qu’Uranus au parallèle de Jupiter et de Mars s’en mêle, indique un fort penchant à l’autoritarisme, une vraie radicalité dans la pensée et possiblement dans l’action, par le biais d’un jugement tranché du bien et du mal. La fin pourrait justifier les moyens d’autant que l’on se persuade détenir la vérité. 

- Le parallèle de Mars aux noeuds lunaires couronne le tout, provoquant des inimitiés sérieuses et possiblement dangereuses (Mars maître de la VII), amplifiant l’ambition, l’impulsivité et la colère, le désir, le sens de la compétition et la volonté impérieuse de réussite. Attention, la cohabitation de la crainte et de la bravoure et du désir et du détachement, perturbe le sens de l’action. Les compulsions sont puissantes. 

L’ensemble des aspects de Mars parlent d’une véritable guerre intérieure, quoique adoucie par la nature vénusienne : le gant de velours Poissons/Balance cache bien une main de fer marsienne. Le Soleil et Vénus au trigone d’Uranus culminant poussent vers une élévation soudaine, avec les dangers de cet astre conjoint à Ketu (les soubresauts et les surprises de la destinée) : la tentation compulsive de l’autoritarisme et les possibilités de chutes, car cette configuration réussit mieux aux occultistes qu’aux politiciens. Très marquée, la maison VI, indique pourtant que François Fillon est plus bâti pour servir que pour diriger, mais l’ambition ne le lâchera sans doute pas : élu ou pas (le transit de Ketu sur ses luminaires indique une destinée en plein bouleversement), pour son salut et peut-être celui de ses concitoyens, il doit comprendre que Mars, le guerrier, est à transformer en serviteur. 



(1) « Fidel Castro (…) est le fils d'Ángel Castro Argiz, immigrant galicien analphabète, devenu riche propriétaire terrien, et de sa cuisinière d'origine espagnole née à Cuba, Lina Ruz González, alors que don Ángel est encore marié, père de cinq enfants, et que le divorce est impossible avec son épouse délaissée (Angel devenu citoyen cubain en 1941 épouse Lina en 1943 lorsque la Constitution légalise le divorce). Sept enfants naissent hors mariage, Fidel est le 3e et Raúl le 4e (des rumeurs font de Raúl un demi-frère de Fidel, la mère de Fidel l'ayant eu d'un sergent, Felipe Miraval métissé chinois et mulâtre, qu'Ángel Castro Ruz a reconnu néanmoins, après la prononciation du divorce avec sa première femme). Fidel, enfant illégitime, est placé à l'âge de 5 ans à Santiago de Cuba, et ne sera baptisé, de père inconnu, qu'en janvier 1935. Il ne sera reconnu officiellement par son père, et ne prendra le nom de Castro, qu'en décembre 1943 ». Wikipédia

(2) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Rahu conjoint à la Lune)

(3) Ibid. (Rahu conjoint à Pluton) 

(4) Ibid. (Mercure en aspect harmonique à Neptune). 

( 5) Le thème de François Fillon n’est pas sans nous faire penser à celui de Recep Tayyip Erdogan, l’homme fort de la Turquie, né une semaine avant lui. Les astres montrent des positions très similaires dans les deux thèmes, avec chez Recep Tayyip Erdogan une conjonction Lune/Mars, quand chez François Fillon il s’agit d’un carré ….

vendredi, novembre 11, 2016

Léonard Cohen, Donald Trump et Neptune


« Dance me to the wedding now, dance me on and on
Dance me very tenderly and dance me very long
We're both of us beneath our love, we're both of us above
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love »

Léonard Cohen


Léonard Cohen, le 21 septembre 1934, Montréal à 6h45 am.

Je confesse appartenir aux millions de terriens qui disséminés sur la planète entière ont ré-écouté, émus, certaines des plus belles chansons de Léonard Cohen, Suzanne entre autres, dont j’avais travaillé les arpèges à la guitare et appris par coeur les paroles anglaises mais aussi françaises, grâce à l’excellente version de Graeme Allwright. 

Voilà Neptune dans toute sa splendeur, l’astre qui rassemble, qui nous fait sentir qu’au-delà des différences nous sommes toutes et tous une petite cellule de l’organisme humanité. Léonard Cohen, dont le thème montre une conjonction Vénus/Neptune en XII (amour, fusion, communion mais aussi souffrance) et dont la Lune en Poissons est au parallèle de Neptune (mélancolie, romantisme, porosité psychique) et de Mercure (inspiration, éloquence) a su brillamment cristalliser cet astre dans sa poésie et sa musique. Il nous a fait toucher cette sensation magique, étrange, mystérieuse qu’au-delà de nos pensées bruyantes, de nos intellects calculateurs, de nos peurs et de nos souffrances, jaillit et vibre une source commune faite de lumière et de communion. 

Donald Trump né le 14 juin 1946, Jamaica (NY) USA à 10h54

Mais Neptune, comme tous les astres, comme l’humanité, possède son coté obscur, ne serait-ce que parce qu’il incarne l’empathie et que celle-ci est positive (elle influence) et négative (elle est influencée). Ainsi Neptune s’associe à l’illusion et à l’identification. Et je confesse à nouveau appartenir aux millions de terriens attristés par la victoire de Donald Trump (1). J’y ai vu, au-delà de la victoire de la violence due à un Mars rugissant au lever (la brutalité du comportement), au demi-carré de Mercure (l’agressivité verbale), Neptune bien sûr, mais sous son aspect défavorable, capable de pousser une foule à s’identifier à des idées violentes et séparatrices, filles de l’insécurité et de l’ignorance. Déjà agressé par Mars, le Mercure de Trump est également au carré de Neptune, un aspect qui « peut » (cela dépend du reste du thème) s’associer aux mensonges et aux dissimulations.

Certes Pluton (le pouvoir, la finance) en XII (le secret), au parallèle de déclinaison du Soleil et des noeuds lunaires (le culte du pouvoir et l’obscurcissement de la lumière) tire les ficelles des coulisses, mais sans Neptune associé aux influences collectives, à l’aveuglement des masses, on ne peut imaginer cette majorité de mécontents, souvent matériellement démunis, s’identifier à un homme qui fut milliardaire toute sa vie et qui n’a aucune idée de ce qu’ils vivent réellement.

Ainsi va Neptune, car comme il en fut question à propos de son carré à Saturne (qui s’achève ces jours-ci, juste un peu trop tard), cet astre s’enchâsse au coeur de la psychologie des masses. Il nous fait parfois visiter des paradis sublimes de beautés poignantes et subtiles, mais sait aussi hélas, nous apporter le malheur sous le biais de l’illusion et de l’identification que les dictateurs du monde entier manient avec virtuosité (2). 

La cause en est qu’il nous est difficile de faire la différence entre la sentimentalité (captive du moi égoïste et de l’attachement aux sensations émotives, responsable de l’exaltation aveugle des masses), appartenant à un Neptune négatif, et l’amour vrai qui est libre, ferme, libéré des craintes et des apitoiements, appartenant à un Neptune positif (la quête de la dissolution du moi). 

En ce sens, Neptune, comme le libre-arbitre que défendent les astrologues au contraire de la plupart des philosophes, doit être conquis par l’intelligence. Celle-ci brille au coeur de l’astrologie savante, qui nous permet de soulever le voile des illusions et de jeter un coup d’oeil pénétrant comme un rayon laser dans les motivations profondes et les mobiles secrets que cachent les politiciens vêtus de paillettes.

Un mot pour terminer : au revoir Léonard Cohen, merci pour tout. 

(1) Une analyse poussée de son thème à paraître bientôt. 

(2) Il ne s’agit pas de diaboliser outre mesure Donald Trump et de penser que Léonard Cohen fut un saint. L’astrologie est bien plus subtile et complexe, de même que l’est l’âme humaine. Trump pourrait (même si l’on a malheureusement peu d’espoir) s’avérer un vrai révolutionnaire (Uranus est conjoint au Soleil et opposé à la Lune) à condition de ne pas tomber dans l’autoritarisme et l’extrémisme. Et Cohen (qui montrait un Mars étonnamment difficile (conjoint à Ketu, au parallèle des Noeuds , opposé à Saturne et au demi-carré du Soleil et de l’AS) vécut sans doute, comme chacun d’entre nous, ses parts d’ombre.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.